Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 12:24

 

 

p005_01.jpg

 

02/08/2013 Goizeder TABERNA


On connaissait les irrégularités dans les attributions de travaux pour l’Y basque signées en 2011 (voir édition du 20/07/2013). On est informé à présent du manque de légalité des travaux de la ligne à grande vitesse (LGV) en Navarre. Une décision judiciaire relayée mercredi dernier par la fondation Sustrai Erakuntza qui apporte l’aide juridique à l’opposition aux projets “insoutenables” en Navarre. En effet, le Tribunal supérieur de justice de Madrid a déclaré caduque la déclaration d’impact environnemental de la LGV, document indispensable pour la réalisation les travaux.


La confirmation de cette décision par le Tribunal supérieur madrilène, dans le cas où il y aurait un appel, bloquerait l’ensemble du projet en Navarre. Pour la fondation, la décision en première instance devrait déjà signer, “du point de vue rationnel”, la fin du couloir navarrais.


Reprendre à zéro 

Selon la fondation, à l’origine de la procédure judiciaire, les expropriations effectuées et les attributions de travaux liées à la LGV seraient en conséquence dans l’irrégularité. Pour relancer le projet en Navarre, il faudrait reprendre de zéro, au stade où se trouvait le projet en 2004, date à laquelle avait été validée la déclaration d’impact environnemental.


Dès lors, les opposants au projet demandent “l’arrêt immédiat” des travaux et du couloir navarrais de grande vitesse et la démission du conseiller aux Infrastructures de la communauté forale de Navarre, Luis Zarraluqui Ortigosa.


Un projet amputé dès le départ 

D’après l’information rendue publique cette semaine, les travaux déjà réalisés seraient dans l’irrégularité. Leur coût s’élèverait à près de 30 millions d’euros, d’après Gara. Ce qui fait dire à certains analystes que “la situation serait réversible”, d’autant que toute avancée dans le projet pourrait être annulée par la suite.


Toutefois, avec un total de 675 millions d’euros, la LGV représente un enjeu important, même si l’intérêt que porte Madrid est relatif. Le projet se limite en Navarre à 72 kilomètres, de la capitale (Iruñea) jusqu’à Castejón (sud de la province), un tronçon à grande vitesse isolé de l’Y basque (reliant Araba, Gipuzkoa et Bizkaia) et de la LGV Saragosse-Madrid. À l’origine, la ligne devait se connecter avec la capitale aragonaise, mais Madrid ne semble pas honorer son engagement à ce jour.


Quant à la jonction avec l’Y basque initialement prévue au cœur du massif d’Aralar, elle a été écartée. Celle qui aurait dû se faire au niveau d’Araba ne se fera plus que par le biais du troisième rail, et donc pas à grande vitesse.


La communauté forale s’était engagée en 2010 vis-à-vis de Madrid à avancer les travaux et l’argent correspondant. Un endettement qu’elle traîne comme un fardeau.


 

 

Source: http://www.lejpb.com/paperezkoa/20130802/416092/fr/LGV--des-travaux-illegaux-Navarre

Repost 0