Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 20:05

 

 

Le Cade a été informé de quelques modifications visant à réduire le « trafic global potentiel ».

 

 « Le projet est revu à la baisse », a affirmé hier Victor Pachon, lors d'une conférence de presse du Cade. Une affirmation tirée de la réunion de concertation avec RFF du 9 février, à laquelle le collectif assistait. Deux modifications seraient apparues. L'une d'elles, a indiqué José Lavictoire, concerne le raccordement du centre de fret de Mouguerre aux différents tracés évoqués. « Il n'est plus envisagé par RFF de raccorder ce centre de fret aux nouvelles lignes étudiées, les prévisions de trafic ne justifiant pas, selon RFF, ce raccordement ».


L'autre modification a trait au raccordement des voies provenant de Bayonne, ou se dirigeant vers cette ville, aux nouvelles lignes. « Il n'est plus envisagé de faire ce raccordement d'une manière normale, soit par deux voies, comme indiqué dans toutes les versions précédentes des hypothèses de tracé de la LGV, mais par une seule voie. Concrètement, cette voie serait en cisaillement des lignes LGV ».


Ces deux modifications, a constaté José Lavictoire, visent à réduire « le trafic global potentiel », ce qu'aurait reconnu RFF. Pour Victor Pachon, les raisons de ces modifications sont simples. « En 2006, on a fait un projet gonflé aux anabolisants, notamment pour le fret. Maintenant on revient à la réalité. Et cela ne fait que confirmer notre position selon laquelle on peut utiliser les voies existantes. »


Victor Pachon est également revenu, lors de cette conférence de presse, sur les consultations lancées par RFF. La première, que le Cade avait boycottée, a été, dit-il, « un fiasco total ». « 281 réponses, dont 38 annulées par RFF. Sur les 243 réponses restantes, seules 154 répondent aux questions. »


Le Cade a, en revanche, décidé de participer à la deuxième consultation, organisée du 20 décembre au 8 janvier, stockant les réponses jusqu'au 7 janvier et les envoyant ensuite massivement, invitant également les militants à répondre par internet. Ces réponses contenaient une seule phrase : « La seule hypothèse de tracé qui convienne est la modernisation des voies existantes ».

 

gpso.JPG

 

3 581 réponses, émanant de sept départements (dont 43 % des Pyrénées-Atlantiques) auraient été reçues par RFF, et seulement 3 289 « exploitables ». Victor Pachon a déploré, à ce sujet, l'attitude de RFF, incapable de nous donner les pourcentages par réponse », tout en reconnaissant que « beaucoup remettent en cause l'opportunité du projet en raison du contexte économique et demandent la modernisation des voies existantes ». Le porte-parole du Cade s'étonne que RFF « se félicite des 3 581 avis exprimés alors qu'elle en supprime 392 et ne rendra pas en compte une opinion massivement exprimée. RFF surfe sur le succès du nombre élevé de réponses, mais ne communiquera que dans un mois et demi sur le contenu en se livrant à des manipulations. »


Une longue lettre, dont François Tellier, vice-président du Cade, a donné lecture, a été envoyée au sous-préfet pour lui demander d'ouvrir un débat sur l'aménagement des voies existantes, « sur des bases sérieuses et crédibles ».

Partager cet article

Repost0

commentaires