Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 10:45

 

Loc-Envel - Modifié le 07/08/2015 à 04:00 | Publié le 05/08/2015 à 00:22

 

Les représentants de Stop Mines 23 et d'Aldeah (Alternatives pour un développement écologique, autodéterminé et humain ; pour la France et l'Amérique latine) ont présenté les résultats des ateliers du jour, en vue d'actions collectives, avant de laisser place à la scène musicale, le soir.

Les représentants de Stop Mines 23 et d'Aldeah (Alternatives pour un développement écologique, autodéterminé et humain ; pour la France et l'Amérique latine) ont présenté les résultats des ateliers du jour, en vue d'actions collectives, avant de laisser place à la scène musicale, le soir.

Des Côtes-d'Armor à l'Aude, en passant par la Sarthe, la Saône-et-Loire, la Lozère ou Paris - et jusqu'à la Guyane, la Roumanie ou l'Équateur -, ils étaient plus de 800 à se réunir, les 25 et 26 juillet, dans la Creuse, pour dire non aux projets miniers sur leur territoire.

 

Douar Didoull, « collectif pour la préservation de notre terre et contre le projet minier », opposé particulièrement à la demande de permis de Loc-Envel (25 communes), en était.

 

De retour de ce « No Mine's Land », organisé à Bord-Saint-Georges (23), dans le cadre de la Journée mondiale contre l'extractivisme, des membres du collectif font le point : « La lutte se structure en France. Nous envisageons des actions communes pour remettre en question la pertinence du renouveau minier prôné par le ministère de l'Économie. Nous avons la volonté d'arriver à une phase offensive. »

 

L'exemple de la mine de Salsigne, dans l'Aude, a marqué les participants : « Exploitée pendant un siècle, cette mine d'or a fait l'objet d'une étude récente de l'Institut de veille sanitaire, constatant un excès de mortalité due aux cancers de 80 à 110 %. On ne peut plus y consommer sans risque ses légumes, boire l'eau des puits ou ramasser des plantes. Des poussières toxiques issues des déchets de roches broyés polluent l'air. »

 

Conforté par l'intervention d'un représentant d'Ingénieurs sans frontières, Douar Didoull réaffirme : « Une mine pollue ; que l'on y soit favorable ou non, la vérité est là. »

 

La Bretagne la plus touchée

Projet imposé, pollution de l'eau et de l'air dès la phase d'exploration, manque de retombées sur l'emploi local : les problématiques des départements concernés convergent.

 

Avec sept demandes de permis d'exploration, la Bretagne serait la plus touchée. « Quel avenir ? Un Centre-Bretagne exploité industriellement, produisant de la richesse pour les autres, au détriment de son propre équilibre ? Les élus ne semblent pas se rendre compte des conséquences à grande échelle... Notre vision de société n'est pas celle qu'on cherche à nous imposer. Une mine responsable n'existe pas. Elle est seulement responsable - et coupable - de pollutions durables, de destructions de territoires, d'écosystèmes, du tissu social et économique, et de la vie. Des alternatives existent ! »

 

 

Source : http://www.ouest-france.fr/bretagne/loc-envel-22810/mines-les-collectifs-se-federent-pour-des-actions-communes-3606388

Partager cet article

Repost 0
Published by