Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 15:44

 

 

gansters.jpg

 

 

Dimanche, 31 Octobre 2010 09:36

 

 

L'exemple de la LGV Tours-Bordeaux doit servir de modèle pour le financement de la LGV Limoges -Poitiers. Sur Tours -Bordeaux, pour une participation à moins de 30% du projet final, Vinci concessionnaire de la LGV percevra les péages pendant 50 années, soit 250 Millions € par an.


. La part versée par les collectivités locales, Départementales ou Régionales, 25%, et celle de l'Etat, 25%, le seront à fond perdu.


RFF, entreprise publique, surendettée, et largement subventionnée, devra verser 2,025 Milliards €. Cela ne peut être considéré comme un investissement. Non seulement RFF n’aura aucun retour sur investissement, mais elle perdra la valeur des péages annuels actuellement payés pour la circulation des TGV sur la ligne classique. La mafia Italienne totalement dépassée


Vinci est le premier opérateur européen de concessions d’infrastructures de transport ferroviaires – autoroutes, parkings, aéroports, il finance, construit et exploite dans le cadre de contrats de longue durée les infrastructures de transport et les équipements répondant aux besoins des collectivités publiques. Nos élus vont à la facilité en répondant ''oui'' au chant des sirènes du lobby financier et industriel de Vinci dont le chiffre d'affaires a dépassé les 33 milliards d'euros en 2008 et ayant à disposition les moyens médiatiques, d’expertises et les appuis politiques pour promouvoir ses projets.


Des dettes pour 50 ans pour tous et des profits considérables pour quelques-uns 

L’action Vinci a augmenté de + 149,54% depuis octobre 2003


le directeur général de Vinci Xavier Huillard aura gagné 1,62 millions d'euros en 2009


Yves-Thibault de Silguy président du Conseil d’Administration 1.616.071 €


Antoine Zacarias ancien PDG évincé le 1juin 2006. Son salaire annuel est passé de 2,9 millions d'euros en 2003 à 3,3 millions d'euros en 2004, puis 4,2 millions d'euros en 2005. Son indemnité de départ était fixée à 12,8 millions d'euros, sa retraite complémentaire annuelle à 2,1 millions d'euros.


L'ancien PDG de Vinci (1997-2006) Antoine Zacharias, qui était poursuivi par le parquet de Nanterre pour des gains jugés abusifs de plusieurs dizaines de millions d'euros de 2004 à 2006, a été relaxé vendredi 26 mars par la 15e chambre du tribunal 

 

 

 

Source : http://blog.yvantricart.info/index.php?option=com_content&view=article&id=147:la-maffia-depassee-&catid=6:de-la-lgv-au-pollt&Itemid=8

 

Repost 0