Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 10:43

 

 

LGV-10-04-12.jpg

 

10/04/2012 Carole SUHAS


Le 9 janvier dernier, le comité de pilotage du grand projet ferroviaire Sud-Ouest (GPSO) retenait un nouveau tracé pour la ligne grande vitesse en Pays Basque, celle comprise dans le tronçon Bordeaux-Donostia. Tracé que validait le 30 mars dernier le Ministère des Transports français. Cette décision constitue donc une nouvelle étape pour l’ensemble du projet puisqu’elle permet au Réseau Ferré de France (RFF) de préparer sa mise à l’enquête d’utilité publique, prévue pour la fin du premier semestre 2013, avant une déclaration attendue fin 2014. Une feuille de route confortée pour RFF, et réconfortante pour les présidents PS d’Aquitaine et de Midi-Pyrénées, Alain Rousset et Martin Malvy, ardents défenseurs du projet qui avaient récemment pressé le gouvernement de valider au plus vite les tracés, après les désengagements financiers des conseils généraux du Lot-et-Garonne et du Gers.


Une validation qui, si elle en rassure certains, n’étonne pas vraiment les associations de défense de l’environnement à l’image du Cade. “Reste à savoir si un phasage particulier est prévu pour le Pays Basque avec un calendrier un peu modifié comme l’avait abordé le préfet des régions” nuance Victor Pachon qui revient sur deux points : la raréfaction des financements publics ainsi que le doute quant à une saturation des voies actuelles.


Crise économique 

“Dans les prévisions des Assises du ferroviaires, il était estimé que la saturation des voies serait effective entre 2030 et 2035, sur la base d’un élément essentiel qui est le taux de croissance du PIB. Pour la France, il était estimé en 2012 à 1,7 % et pour l’Espagne à 2,5 %” explique le porte-parole du Cade.


Aujourd’hui, ces estimations ont été largement revues à la baisse et si “la première crise économique a repoussé la saturation en 2030”, la seconde pourrait bien l’être encore davantage si l’on en croit les estimations du Cade. “Pour nous, la saturation des voies s’éloigne tandis que persiste le problème des financements” résume Victor Pachon. Ce dernier rappelle par ailleurs qu’un nouvel état des lieux chiffré sera indispensable, tout comme la mobilisation lors d’une manifestation d’ampleur qui devrait être organisée à l’automne prochain.


 Nouvelle enquête publique pour 2013

Une nouvelle enquête publique devrait donc voir le jour dès 2013, tandis que restent en tête les chiffre énoncés par la première enquête de 2006, évoquant 8,7 millions de tonnes de fret transitant sur le territoire aquitain, dont 2 381 000 tonnes pour le seul poste Hendaye-Irun. Après une première baisse en 2008, de 7 % pour la région, et plus particulièrement de 14,6 % pour la plateforme Hendaye-Irun (avec un volume de 2 203 000 tonnes), les chiffres officiels de fret 2009 fixaient à 6,4 millions le volume en tonnes de marchandises pour l’Aquitaine, soit une baisse de 26 % en 3 ans, et à 1,12 million de tonnes l’activité du fret à Hendaye, en chute de 53 %.

 


Source : http://www.lejpb.com/paperezkoa/20120410/333660/fr/LGV--le-ministere-des-Transports-valide

Repost 0