Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 12:47

 

 

707134_20078852_460x306.jpg

Stupéfaction des ouvriers : un morceau du tablier, lourd de plusieurs centaines de tonnes,

 a basculé sur sa pile. (Photo Jean-Daniel Chopin)

 

 

Deux soudeurs belges ont été blessés lorsque le tablier d'acier du pont ferroviaire s'est effondré samedi

 

06h00 | Mise à jour : 07h12
Par Véronique Fourcade

 

Le pont ferroviaire en construction sur l'Adour, à Bayonne, s'est effondré hier, peu après 17 heures. Des centaines de tonnes d'acier et de béton sont tombées dans l'eau du fleuve, dans un énorme fracas. Lors de la chute, deux soudeurs, de nationalité belge, âgés de 26 et 36 ans, ont été blessés. L'un a eu des deux genoux cassés, l'autre un fémur fracturé. Ils se trouvaient sur l'un des échafaudages qui donnent accès au chantier. « Je les ai aidés à sortir de l'eau », raconte un de leurs jeunes collègues quelques minutes après qu'ils eurent été pris en charge par les pompiers. « Je venais juste de rentrer à l'hôtel où nous sommes logés et j'ai entendu un bruit énorme. J'ai tout de suite compris que cela venait du pont. J'ai trouvé les deux soudeurs de l'entreprise Victor Buyck en bas de l'échafaudage, sur la berge. »


Le pire évité

  Les deux hommes sont restés conscients et, d'après les premiers examens médicaux, leurs jours ne sont pas en danger. Un soulagement pour Frédéric Ceresuela, l'ingénieur de la SNCF responsable du chantier : « On a fini de travailler à 16 h 30. Au moment de l'accident, vers 17 h 15, il ne restait plus que ces deux personnes qui rangeaient leur matériel. Une heure plus tôt, ils étaient huit sur le pont. » Une autre équipe d'une dizaine de personnes se trouvait sur une barge qui était positionnée sous le tablier et qui venait d'être amarrée en aval.


« C'est une catastrophe mais nous avons évité le pire miraculeusement, rapporte Frédéric Ceresuela. Depuis une semaine, pour combler le léger retard et tenir les délais, on fait des heures supplémentaires avec la présence d'équipes les samedis et jours fériés. »


Cinq pièces gigantesques

La technique choisie par le maître d'œuvre, l'entreprise Bouygues, pour le compte de Réseau ferré de France (RFF), consiste en un tablier d'acier constitué de cinq pièces gigantesques. Deux d'entre elles, qui partent de la rive droite, se sont désolidarisées de la partie centrale, ont basculé sur leur pile et ont plongé dans l'eau.


Les travaux en cours consistaient à souder entre elles les diverses pièces qui pèsent chacune plusieurs centaines de tonnes. Parallèlement, à partir d'une barge de travail installée sur le fleuve, une grue posait des blocs de béton préfabriqués sur le tablier métallique.


La longueur totale du pont est de 400 mètres, dont 285 au-dessus de l'eau. Ce chantier, dont la première pierre a été posée en mai 2010, était à l'origine prévu pour durer trois ans. Les délais avaient par la suite été revus, et on tablait sur l'automne 2013 pour la mise en service totale et la démolition de l'actuel ouvrage datant de 1860.


 

À lire aussi

Bayonne: la circulation des trains interrompue après l'effondrement du pont en chantier

Bayonne : Un pont SNCF en chantier s'effondre sur l'Adour

[PORTFOLIO] Bayonne : Deux ouvriers blessés sur le chantier du pont ferroviaire

Chute du pont SNCF dans l'Adour : des hypothèses en attendant les experts

Chute du pont SNCF dans l'Adour à Bayonne : un mauvais coup pour les clients de la SNCF


 

Source : http://www.sudouest.fr/2012/05/06/le-pont-chute-dans-l-adour-707134-4018.php

Repost 0