Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 07:10

p004_01.jpg

 

06/10/2012 Antton ROUGET


“Le contexte économique et la prise de conscience des élus nationaux vont nous donner raison.” Optimistes, mais toujours mobilisés, Paul Baudry, Michel Hiriart et Roland Hirigoyen, présidents des Communautés de communes Errobi, Sud Pays Basque et Nive Adour, ainsi qu’Alain Iriart, conseiller général de Saint-Pierre-d’Irube, ont appelé, vendredi, le nouveau gouvernement à abandonner le projet de LGV.


“Le financement public ne permet plus de réaliser ce projet. Nous disons non à la dépense de milliards d’euros pour un gain de temps de quelques minutes.” A l’heure où l’Etat chasse la moindre dépense superflue, Michel Hiriart, maire de Biriatou, a rappelé la position de Jérôme Cahuzac. Le ministre du Budget déclarait en effet, le 11 juillet dernier, que le gouvernement pourrait renoncer à certaines liaisons ferroviaires à grande vitesse pour participer à l’équilibre des finances publiques. Abandon de projets au Portugal, baisse de 40 % du budget alloué au “Y basque” (cf. édition du 03/10/2012) : pour Roland Hirigoyen, citant la revue parlementaire L’Hémicycle, “la France, aussi s’apprêterait à sacrifier la LGV sur l’autel de la rigueur”.


“La LGV n’a jamais apporté de développement économique ; c’est faux.” Michel Hiriart a aussi balayé le principal argument des “pro-LGV” : “Marie Delaplace [professeur à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée, membre de l’Institut français d’urbanisme, ndlr] explique clairement que le seul point qui pourrait être positif, c’est le développement durable.”


Signe que les incertitudes économiques font vaciller le projet, le maire de Biriatou s’est aussi réjoui de voir l’Agglomération côte basque-Adour suspendre, le 26 septembre, son financement pour le tronçon Tours-Bordeaux. “Ceux qui ont sauté dans le bain à l’origine et nous traitaient de fous, nous rejoignent aujourd’hui.” La Communauté de communes dont il a la présidence est la seule à avoir toujours refusé de contribuer au paiement du GPSO (25 millions d’euros). Errobi et Nive Adour n’ont, elles, jamais été sollicitées.


“Avec beaucoup moins d’argent, on peut moderniser toute la ligne.” Etude en mains, les élus vont également présenter au préfet de Région une proposition d’amélioration de la ligne existante. Effacement des passages à niveaux, isolation phonique totale, modernisation des voies : de Bayonne à Hendaye, le dispositif représenterait une enveloppe budgétaire de 800 millions d’euros ; “cinq fois, voire dix fois, avec les coûts supplémentaires, moins cher qu’une nouvelle ligne qui ne sert à rien.” “Nous devons lancer un signe fort dans un moment incertain” : en plus de la participation à la manifestation organisée par le Cade le 27 octobre à Bayonne, les élus ont aussi sollicité des rendez-vous avec les ministres des Transports et du Budget.


Et le conseiller général Alain Iriart de marteler : “Derrière l’aspect financier, il y a le fond de l’affaire. Il ne faut jamais l’oublier : le projet n’est pas pertinent ; la LGV est inutile.”


 Le Cade maintient la pression

“Plus le vent semble tourner en notre faveur, plus RFF s’enferre.” Victor Pachon, représentant du Cade, a appelé, malgré les annonces du gouvernement espagnol et la réflexion lancée par le ministre des Transports, à la mobilisation : “Il faut que le projet soit arrêté, en ce sens la manifestation du 27 octobre en primordiale.”


“Le projet GPSO va se faire.” Interrogé par téléphone, Gilles Savary, député girondin, spécialiste du transport ferroviaire, considère que le dossier Bordeaux-Espagne est “piégé” dans le sens où il est “directement lié à la construction du tronçon Tours-Bordeaux”.


“Si les collectivités qui se trouvent sur le périmètre de GPSO – qui participent à hauteur de 540 millions à Tours-Bordeaux – se retirent, Vinci pourra aller en justice et cela coûtera très cher à l’Etat”, a indiqué le député. Et d’ajouter : “La situation de crise ne permet pas de trouver ces 540 millions ailleurs.”


 

Source: http://www.lejpb.com/paperezkoa/20121006/365731/fr/LGV--quand-les-finances-deraillent

 

Repost 0