Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 11:21

 

 

P1000909.JPG

  photo  association Hazketa 2010

 

 

 

Association Hazketa 2010                                                  Hasparren le 17 novembre 2012

Eihartzekoborda

Quartier Pena

64240 Hasparren

 

à

 

Monsieur le Président de BIL TA GARBI

1 Allée des platanes

64100 Bayonne

 

 

LETTRE OUVERTE

 

 

OBJET : Demande urgente d'éclaircissements sur les terres contaminées arrivées au Centre d'Enfouissement Technique des Déchets (CET) d'Hazketa

 

 

 

Monsieur le Président,

Le mercredi 14 novembre 2012, devant la fréquence inhabituelle de camions de terre arrivant au CET Hazketa d'Hasparren, l'association Hazketa 2010 a interrogé les services de BIL TA GARBI pour connaître la nature et la provenance de cette terre.

 

Selon les informations du syndicat Bil Ta Garbi, dans cette unique journée (de 9h30 à 16h30), pas moins de 31 camions de «  terres ou minéraux faiblement contaminés » sont entrés sur le site. Au total, 715 tonnes de ces « terres ou minéraux faiblement contaminés » ont été déposées à la décharge d' Hazketa ce jour là.

 

Nous sommes tout d'abord étonnés quant à la nature des déchets : selon l'arrêté préfectoral daté de mai 1995 (à notre connaissance toujours en vigueur actuellement) dans le paragraphe « déchets industriels spéciaux » les sols pollués figurent parmi les « déchets interdits ». Pour quelle raison ces déchets interdits arrivent-ils à Hasparren ?

 

Ensuite, après notre demande sur la provenance de ces « terres ou minéraux faiblement contaminés », votre Syndicat nous a affirmé que ces terres proviennent du site de Marinadour de Bayonne. Hautement pollué ( cf article de Ortzadar n°147), ce site est aujourd'hui dédié à un projet immobilier.

 

Or, un document de la CABAB daté de 2004 fait déjà état de la pollution de ces terres. A l'époque, il est même précisé que « dans le cas où l'occupation du sol serait de type résidentiel (collectif), la quantité de matériaux à traiter serait d'environ 4 300m3 ».

 

Devant cette nécessité « d'évacuer les matériaux qui présentent un risque », le document pose alors plusieurs hypothèses : « les cyanures pourront être incinérés au centre de traitement de Bassens, les points noirs pourront être incinérés soit à la CIAP de Bassens, soit à Marseille, soit au Havre et le reste sera traité par désorption thermique au Pays Bas ou enfouis dans un site de classe 1 près de Bordeaux ».

 

Il n'est en aucun cas fait mention du site d'Hazketa. La seule imprécision géographique sur la destination future des déchets concerne « le site de classe 1 près de Bordeaux ». Hormis le fait que la proximité du site d'Hazketa par rapport à Bordeaux soit loin d'être évidente, le site d'Hazketa est de classe 2, excluant de facto le site d'Hasparren comme potentiel site d'accueil de ces terres.


Pour quelle raison ces déchets interdits arrivent-ils à Hasparren ?

 

Enfin, dans un courrier daté du 22 novembre 2011( copie ci-jointe) et adressé par le CADE à M. Nunez, alors Sous-préfet, le Collectif s'étonne d'avoir « consulté un document des promoteurs du projet immobilier Marinadour où n'apparaissait nulle part la quantité de terres, retirées, leurs différentes destinations et le coût (…) ceci alors même qu'une réunion du 14 octobre 2004 en agglomération avait (…) souligné qu'on ne pouvait se contenter d'une dépollution à minima ».

 

Dans ce même courrier, le Collectif demande -après communication par les promoteurs - de connaître les « volumes de terre traités et suivant les polluants leur destination ». A ce jour, un an après cette demande, aucune information n'a été fournie au CADE.

 

Nous nous joignons au CADE pour vous demander directement de nous faire parvenir dans les plus brefs délais les informations manquantes à ce jour : quel est le tonnage entré sur Hasparrren? Quelles sont les destinations des terres fortement contaminées? Quid des analyses de toutes les terres ? Quelles garanties pouvez-vous apporter pour assurer la mise en place effective d'un processus de dépollution de ces terres?

 

Dans cette même logique, par souci de transparence, nous demandons d'une part que l'apport de ces terres soit stoppée jusqu'à l'obtention de réponses satisfaisantes sur toutes nos interrogations et d'autre part que notre association puisse faire un contrôle inopiné de ces terres.

 

En comptant sur votre collaboration, nous vous prions d'agréer, M. le Président, l'expression de nos respectueuses salutations.

 

 

 

Pour l'association Hazketa 2010, la Présidente

 

Miren AMESTOY

 

NB : Une copie de ce courrier est envoyée à Monsieur le Sous-Préfet, à la DREAL, à Monsieur le Maire de Hasparren, au CADE et à la presse.

Repost 0