Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 13:55

 

 

Chantier-LGV-Un-rapport-de-force-permanent_image_article_la.jpg

Expropriations, routes coupées, nuisances sonores… Le « plus grand chantier d'Europe » apporte des emplois mais engendre aussi des désagréments pour les populations riveraines. - (Photo NR, Hugues Le Guellec)


Finalement, la Départementale 84 ne sera pas coupée entre Monts et Sorigny. Mais selon les riverains, d’autres sujets de mécontentement subsistent.

15/04/2013 05:46

C'était au mois de décembre dernier. Ce jour-là, 200 habitants des communes de Monts, Sorigny, Montbazon et Villeperdue avaient manifesté dans les rues de Tours contre les nuisances du chantier de la future ligne à grande vitesse (LGV) Tours-Bordeaux. Un chantier mené selon eux « à la hussarde », sans concertation avec les riverains.

Au cœur de la colère : l'annonce de la fermeture pour quatre mois de la route départementale 84 reliant Sorigny à Monts pour permettre la construction d'un nouveau pont. Une très mauvaise nouvelle pour les nombreux automobilistes qui empruntent quotidiennement cet axe pour prendre un train à Monts ou se rendre au travail.

" On découvre les problèmes au dernier moment "

Cet hiver, 3.000 personnes avaient signé une pétition contre cette perspective. La mobilisation s'est finalement révélée payante. La semaine dernière, on a appris que le projet de construction du pont était abandonné et que la RD 84 ne serait donc pas fermée. L'actuel ouvrage enjambant l'autoroute A 10 sera élargi. Tout simplement.

Pour le collectif des riverains qui s'était constitué localement, cet épisode est révélateur des « méthodes brouillonnes » et du « rapport de force permanent » imposé par Coséa, le groupement d'entreprises chargé de la réalisation des travaux. « Cela démontre qu'il y a des alternatives à ce que l'on veut nous imposer mais qu'il faut se battre pour obtenir des avancées », commente Christian Cerniaut, le président du comité de protection des coteaux de Sainte-Maure, Draché et Sepmes.

Les riverains la LGV ont remporté une victoire mais leur « combat » se poursuit. La semaine passée, neuf associations locales ont adressé un courrier au préfet pour dénoncer l'impact du chantier au quotidien et rappeler Coséa à ses engagements. Selon elles, les coupures de routes autour des travaux se font toujours sans concertation ni information préalable. Les plans de circulation ne sont pas respectés. Les voiries dégradées ne sont pas suffisamment remises en état. Les mesures de protections acoustiques ou environnementales sont revues à la baisse. Les populations concernées sont régulièrement placées « devant le fait accompli ».

« Nous n'avons pas assez de visibilité. Trop souvent, on découvre les problèmes au dernier moment », confirme Roland Mariau, le maire de Villeperdue, président de l'Association des communes riveraines de la LGV en Indre-et-Loire. Depuis déjà plusieurs mois, celle-ci réclame à Coséa un « plan chantier » afin d'en savoir plus sur le déroulement des travaux. Sa rédaction serait en cours. « Rien n'est acquis. On sait qu'il faut monter en permanence au créneau », poursuit Roland Mariau qui n'exclut pas d'autres formes de mobilisation pour faire entendre les revendications des élus et de leurs concitoyens.

Pascal Denis

 

 

Source: http://www.lanouvellerepublique.fr/Toute-zone/Actualite/Environnement/n/Contenus/Articles/2013/04/15/Chantier-LGV-Un-rapport-de-force-permanent-1412328 

Repost 0