Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 08:14

 

 

131007172946618_19_000_apx_470_.jpg

 

Nature / Ecologie  |  8 octobre 2013  |  Actu-Environnement.com  Rachida Boughriet

La préfecture de Loire-Atlantique soumet à consultation publique jusqu'au 28 octobre les dossiers de demande de dérogation à l'interdiction de détruire les espèces protégées dans le cadre du futur aéroport du grand Ouest Notre-Dame-des-Landes et de sa desserte routière.


Lancée le 7 octobre, cette consultation est prise conformément à l'ordonnance entrée en vigueur le 1er septembre qui vise à renforcer le principe de participation et "sécuriser les décisions" publiques ayant une incidence sur l'environnement. Les dossiers de demande de dérogation ont été déposés dès mai 2012 par les maîtres d'ouvrage du projet d'aéroport, le concessionnaire Aéroport du Grand Ouest (AGO)-Vinci, et de la desserte routière la Dreal des Pays de la Loire.


Une centaine d'espèces protégées au total a été recensée sur un territoire de 2.920 ha : amphibiens, reptiles, oiseaux nicheurs et migrateurs, chiroptères, mammifères et espèces végétales.


En matière de compensations, les maîtres d'ouvrage prévoient notamment la création de "deux nouvelles mares pour une mare détruite", afin de "limiter la destruction directe" de certains amphibiens. Soit 104 mares à recréer (contre 52 mares détruites) par le projet d'aéroport et 42 mares par la desserte routière (contre 21 supprimées). L'analyse des incidences du projet et la définition des mesures "sont basées sur la logique ERC (Eviter - Réduire et, en cas d'incidences résiduelles, Compenser)", ont fait valoir les maîtres d'ouvrage. Pourtant, en avril dernier, les commissions de dialogue et d'experts avaient jugé insuffisante leur méthode de compensation et appelé ces derniers à la renforcer.


François de Beaulieu, secrétaire général de l'association Bretagne Vivante, a demandé un allongement de la période de consultation : "Trois semaines pour consulter [les textes] et y répondre est déjà une tentative de passage en force", a-t-il déclaré à Ouest France.


Dépôt d'un nouveau recours par les ONG 

Bretagne Vivante ainsi que les associations France nature environnement, SOS Loire Vivante et la Ligue de protection des oiseaux de la Loire Atlantique ont déposé ce 8 octobre un recours "pour excès de pouvoir"contre la déclaration d'utilité publique du programme d'accompagnement viaire du projet d'aéroport. Ce programme constitue le rétablissement des voiries locales (RD326, RD15 et VC1/VC12) coupées par l'implantation de la desserte routière et la plateforme aéroportuaire.


Dans leur recours, les associations dénoncent dans un communiqué "le saucissonnage du projet. Chaque évaluation environnementale est conduite par petits bouts, sans que le porteur de projet n'ait de vision globale de l'ensemble du programme de réalisation de l'aéroport". Elles s'interrogent sur la légalité du procédé "consistant à scinder les évaluations environnementales alors que la réglementation oblige le porteur d'un programme à présenter une évaluation globale des incidences de celui-ci". Les associations demandent aux porteurs du programme "d'attendre la réponse du juge à ces questions avant d'engager les travaux."

 



Source: http://www.actu-environnement.com/ae/news/notre-dame-landes-consultation-public-derogation-especes-protegees-19654.php4

 

Repost 0