Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 10:12

 

 

15 mars 2017

Note préalable : bien connu pour avoir fait pendant des années la promotion d'Areva et de sa grande prêtresse Anne Lauvergeon (avec les résultats que l'on connait !), et de façon générale pour être le VRP de l'atome (idem !), M Bezat applique son "objectivité" à la question des compteurs Linky.

 

Il reprend bien sûr, sans l'ombre d'une interrogation, les éléments de langage de l'industriel Enedis en parlant de compteurs "intelligents", il décrète que le déploiement se passe "à grande vitesse", il parle d' "économies d'énergie" sans aucune preuve (et pour cause), il célèbre l'avènement de la "ville connectée"...

 

Par ailleurs, il écarte d'un revers de la main (et sans le moindre travail journalistique) les graves problèmes générés par Linky (atteinte à la vie privée, risque sanitaire) ou les occulte carrément (augmentation des factures, dysfonctionnement de nombreux appareils, etc). Et pour faire bonne mesure, il s'applique à déconsidérer l'engagement d'innombrables citoyens, réduits à "quelques oppositions locales", ou "les opposants les plus irréductibles".

 

Enfin, il recopie (encore !) la propagande d'Enedis concernant la question juridique brûlante du refus des compteurs par des centaines de municipalités. Outre la réalité de cette affaire, c'est aussi le journalisme qui est le grand perdant de ce publi-reportage déguisé en article.

 

Nous pouvons répondre en étant nombreux et bruyants mercredi 22 mars (11h30/15h) devant la maison de la radio à Paris

 

Stéphane Lhomme
http://refus.linky.gazpar.free.fr

LE MONDE ECONOMIE - 15.03.2017 - JM Bezat

Le déploiement à grande vitesse des compteurs « intelligents » Linky

Le Monde célèbre le prétendu "Déploiement à grande vitesse des compteurs « intelligents » Linky"

A la mi-mars, 3,3 millions d’appareils avaient déjà été installés par Enedis. Cette opération, estimée à 5 milliards d’euros, doit s’achever en 2021.

 

C’est l’un des plus grands chantiers industriels conduits en France, et il avance conformément au calendrier, selon son maître d’œuvre, Enedis (ex-ERDF), filiale de distribution d’électricité d’EDF : 3,3 millions de compteurs « intelligents » Linky ont déjà été posés mi-mars, à un rythme de 18 000 par jour, malgré de fortes contraintes techniques et quelques oppositions locales.

 

Après un lancement en décembre 2015 qui a suivi une phase d’expérimentation de quelques années, il est prévu l’installation de 35 millions de compteurs d’ici à la fin 2021 pour un coût annoncé de 5 milliards d’euros.

 

Linky n’est pas un simple compteur communiquant évitant la relève à domicile et permettant de disposer d’une facture sur la consommation réelle. Ses promoteurs y voient la « première brique technologique » d’un système où l’on pilotera au plus près la production et la consommation d’électricité tout en transmettant ou en recevant des informations.

 

Il s’inscrit surtout dans l’« écosystème » plus large de la ville connectée, où production locale à partir des énergies renouvelables, voitures électriques et autoconsommation d’énergie produite par les panneaux solaires auront bouleversé la vie quotidienne.

 

Défi financier

En attendant ces applications, le déploiement de Linky va s’accélérer, sous le contrôle de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), chargée de veiller à ce que le calendrier et le coût restent dans l’épure de départ. Le « gendarme » de l’énergie a approuvé le programme gouvernemental, estimant que les économies générées par la relève à distance des compteurs, la réduction des pertes en ligne de courant et l’optimisation de la consommation compenseront les coûts d’investissement.

 

Les associations de consommateurs préviennent toutefois que cette optimisation dépendra largement des offres tarifaires faites par les fournisseurs (EDF, Engie, Direct Energie…).

 

« Nous aurons posé 8 millions de compteurs à la fin de l’année », prévoit Gladys Larose, responsable de la communication et des relations institutionnelles du programme. Un rythme maintenu en 2018-2019 (à raison de 35 000 compteurs posés chaque jour) avant de décroître les deux années suivantes.

 

Fin 2021, toute la France devra être équipée, si les six fabricants retenus (Sagemcom, Itron, Landis + Gyr, Maec, Ester, Ziv) et la chaîne logistique tiennent bon. « La chaîne d’approvisionnement est gérée en temps réel, poursuit Mme Larose. Nous sommes dans les clous pour le nombre de compteurs installés, que nous suivons à l’unité près, et pour le rythme de pose. »

 

Le défi est aussi financier. Enedis et sa maison mère EDF, lourdement endettée et lancée dans un plan d’économie de 1 milliard d’euros à l’horizon 2020, ne peuvent se permettre une dérive des coûts. L’entreprise affirme que le budget est mieux tenu que prévu. « Nous sommes sur une trajectoire de coût de 4,5 milliards d’euros, un peu en dessous des 5 milliards prévus », se félicite Mme Larose.

 

Protection de la vie privée

Et Enedis est jusqu’à présent parvenu à surmonter l’opposition de quelques centaines de communes dont les habitants s’inquiétaient des conséquences de Linky sur la santé et d’une possible atteinte à la vie privée.

 

L’entreprise a dû apporter la preuve que le compteur ne présente aucun risque sanitaire, soulignant qu’il utilise la technologie du courant porteur en ligne et non les ondes, comme les téléphones portables, plus nocives pour la santé.

 

L’Agence nationale des fréquences a indiqué que les mesures relevées dans les logements « confirment celles réalisées en laboratoire, avec un champ électromagnétique faible, presque du même ordre que celui des anciens compteurs et qui correspond aux objets électriques du quotidien ». De son côté, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a conclu à « une faible probabilité que l’exposition aux champs électromagnétiques engendre des effets sanitaires à court ou long terme ».

 

Pointés par les opposants à Linky, les risques d’intrusion dans la vie privée seraient eux aussi nuls, affirme Enedis. L’entreprise ne saura pas à quelle heure les consommateurs prennent leur douche ou allument leur téléviseur, les usages personnels n’étant pas connus du distributeur d’électricité.

 

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a prévu des protections. Ainsi, la courbe de charge, qui mesure la consommation heure par heure et permet d’en déduire de nombreuses informations relatives à la vie privée des personnes concernées, ne sera pas communiquée au distributeur et aux fournisseurs sans l’aval du consommateur.

 

Les opposants ne désarment pas

Autre obstacle en grande partie levé : l’opposition de certaines communes. Un maire ne peut pas interdire l’installation du compteur, obligatoire depuis la loi de transition énergétique d’août 2015. Plusieurs délibérations de conseils municipaux rejetant Linky ont été cassées par les préfectures, voire par les tribunaux.

 

En 2016, la Fédération nationale des communes concédantes et régies (FNCCR) a publié une analyse juridique concluant qu’il est « inadéquat pour un maire de se prévaloir de son pouvoir de police générale » pour refuser Linky. Une personne peut, seule, s’opposer à ce qu’un installateur pénètre chez elle pour le poser.

 

Quant à Enedis, il a l’obligation d’« exercer les activités de comptage pour les utilisateurs raccordés à son réseau, en particulier la fourniture, la pose, le contrôle métrologique, l’entretien et le renouvellement des dispositifs de comptage », précise le code de l’énergie.

 

Les opposants les plus irréductibles ne désarment pas pour autant. Regroupés au sein du mouvement Stop ! Linky non merci !, ils feront encore entendre leur voix, à Paris, mercredi 22 mars, à l’occasion du grand oral des candidats à l’élection présidentielle devant l’Association des maires de France (AMF).

 

Un combat qui serait perdu d’avance, selon Enedis. « C’est un mouvement mondial, constate Mme Larose. De 700 000 millions aujourd’hui, on passera à 1,2 milliard en 2021. Les pays européens s’équipent, mais aussi les Etats-Unis (70 millions) et la Chine (500 millions). »

 

 

Source : http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/03/15/le-deploiement-a-grande-vitesse-des-compteurs-intelligents-linky_5094533_3234.html

 

 

 

Repost 0
Published by