Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 12:10

 

 

A LA UNE AHETZE

 

Publié le 18/07/2017 à 3h42 par Jean-Louis Chaulet.

La quarantaine de participants représentaient bien des clients excédés par les agissements d’Enedis. PHOTO J. -L. C

La quarantaine de participants représentaient bien des clients excédés par les agissements d’Enedis. PHOTO J. -L. C

Organisé par la plateforme Citoyenne Ahetzeko herritarren hitza avec le Collectif des associations de défense de l’environnement (Cade), les représentants des associations du BAB à Saint-Jean-de Luz comme des villages de l’intérieur ont tenu une conférence de presse sur la place Mattin-Trecu mercredi dernier, en fin de matinée.

 

Pour Ahetzeko herritarren hitza, Santiago Capendeguy lance : « Le diable tape à nos portes tous les jours et le soufre envahit Ahetze ! Linky est un voyou ! Si les collectifs citoyens sont vent debout contre lui, c’est qu’Enedis n’a rien fait pour dire la vérité, délibérément, en laissant zones d’ombre et flou inquiétants par la rétention d’information et la sournoiserie, pour finalement imposer Linky. »

 

Le même Santiago Capendeguy poursuit : « Pourquoi nous mentir ? Pourquoi utiliser force, harcèlement ? Pourquoi terroriser les gens, intimider par des campagnes mensongères, des menaces, du chantage et même la violation de la propriété privée ? » Pour étayer son propos, il explique que « les sous-traitants d’Enedis sont rémunérés par la pose des compteurs et n’hésitent pas à se montrer virulents. C’est une dictature entrepreneuriale qui se déroule sous les yeux ébahis de notre maire comme d’autres qui n’ont pris aucune mesure. Nous organisons ici la lutte pour notre droit de refus contre les champs et ondes électromagnétiques potentiellement cancérigènes, l’envoi d’informations par fil électrique au transformateur de proximité, l’électro-sensibilité nous guette ».

 

En guise de conclusion, il demande : « Qui prendra en charge ces dommages ? Il faut agir, ne pas se laisser faire, vous pouvez et avez le droit de dire non, en restant fermes et sans être impressionnés par les menaces des poseurs aux pires méthodes y compris la coupure, amende et harcèlement téléphonique cinq à six fois par jour. »

 

Obligatoire ?

Andoni Zubizarretta, d’Askilinky, puis José Lavictoire, du Cade, complètent ce pamphlet : « Enedis ne respecte pas les citoyens, force les propriétés privées, remplace les compteurs même à ceux qui ont signifié leur refus, installé des cadenas sur leurs boîtiers. Enedis dit que la loi de transition énergétique rend Linky obligatoire. C’est totalement faux. Côté Syndicat d’énergie des Pyrénnées-Atlantiques (Sdepa), l’on confirme que ce compteur n’est pas obligatoire et nous sommes aussi là pour vous défendre. »

 

Plusieurs témoignages écrits ont été présentés en fin de conférence, photos à l’appui. D’autres personnes sont par ailleurs venues sur place telles que Jean Dupla d’Ahetze, agressé téléphoniquement à longueur de journée avec obligation de prise de rendez-vous. Une agression qui a cessé lorsque, enfin, il a convenu d’une date. « On m’a même dit que c’était l’Europe ! », a-t-il tonné.

 

« Il va y avoir des fuites »

M. Alvarez, d’Ahetze également, s’était informé auprès du Cade, et avait adressé à Enedis une notification de ne pas agir, avec le concours d’un huissier. En pure perte, car « la société Herria a quand même installé le compteur en mon absence, pénétré dans une propriété privée sans autorisation, en anticipant de plusieurs jours la date de passage annoncée, et sans respecter la notification de l’huissier ». Quant aux répercussions pratiques, il ajoute : « Électricien de métier, je confirme que ces compteurs sont à tolérance zéro en cas de léger dépassement de la puissance délivrée, et, pour le courant porteur, il aura des répercussions car aucune installation électrique n’est blindée, donc il va y avoir des fuites. »

 

 

 

Source : http://www.sudouest.fr/2017/07/18/linky-fait-hurler-3626826-3932.php

 

 

Repost 0
Published by