Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 20:22

 

 

463172_photovoltaique_original_imagen.jpg

 

 

 

Rédaction - 26/04/2011 | eitb.com |


La centrale photovoltaïque de Gabat ne verra pas le jour, a décidé le Préfet, contredisant l'avis favorable d'enquête publique visant à transformer des terres agricoles en champ de panneaux solaires.

 

La décision du Préfet des Pyrénées Atlantiques de s'opposer à la création d'une centrale photovoltaïque dans la commune rurale basque de Gabat est autant spectaculaire que fondamentale pour les paysans et citoyens qui s'y sont opposés avec détermination, dans un contexte plus tendu depuis l'avis favorable du Commissaire enquêteur qui l'avait autorisée début avril.


S'il est rare de voir un tel revirement de l'administration publique, force est de constater que l'ombre d'une spéculation foncière planait sur la ré-affectation de la plus grande parcelle agricole de la commune, où un loyer de 100 à 200 euros par hectare et par an serait demandé à un paysan qui y vivrait, quand la Séchilienne(la société à la base du projet) proposait 2.000 euros par an et par hectare sur 20 à 25 ans au propriétaire pour y investir ses panneaux.


Devant un risque évident de déstabilisation foncière, un collectif s'était alors constitué autour des habitants, du syndicat basque ELB et du CADE, non pas pour s'opposer à l'énergie solaire, mais bien pour rappeler que le remède était pire que le mal, vouant à terme l'arrière-pays basque à un destin de paysans sans terres et de destructions de paysages ruraux au bénéfice d'intérets privés.


En voie de dissolution ce soir, le collectif "Non au projet de centrale photovoltaïque à Gabat" (qui, fait notable, regroupait la quasi-unanimité du conseil municipal, du village, les principales organisations agricoles départementales, de la Chambre d'agriculture à ELB), tous farouchement opposés à ce projet, a fait parvenir par communiqué de presse ses remerciements pour les soutiens reçus, et son soulagement vis à la vis de la fin d'un projet en mesure de "créer un précédent désastreux pour le Pays Basque".


Rappelons que, ici comme ailleurs, le contexte légal a été défini par un décret du 19 novembre 2009, signé par Jean Louis Borloo, ministre de l'Ecologie, encadrant l'installation de centrales photovoltaïques au sol.


La circulaire affirme que le développement des centrales au sol ne doit pas se faire dans des zones agricoles, classée zone NC dans les plans d'occupation des sols (POS), zone A dans les plans locaux d'urbanisme (PLU), ou sur un terrain à usage agricole dans une commune couverte par une carte communale.


 

Source : http://www.eitb.com/infos/societe/detail/644794/victoire-paysans-basques-speculation-photovoltaique/

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires