Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 07:36


 


 Écrit par Rédaction

Il va y avoir du monde. La mobilisation des opposants à la construction de nouvelles voies TGV au Pays Basque de samedi à 17h à Bayonne (Lauga) s’annonce d’envergure. Et peut-être décisive à la veille des élections régionales. Et le soutien au projet affiché par les « grands » élus et les « grands » journaux ne fait que souligner le fossé existant avec leurs administrés.

 

Il n’est que de se promener le nez en l’air dans le val d’Adour, sur le bassin de la Nivelle, de la Nive ou de l’Ouhabia, pour constater le refus des populations. Il ne s’agit pas uniquement de talents de propagande militante (la palme revenant bien sûr aux Azkaindar).

 

L’abondance des réunions publiques locales, leurs affluences (500 participants lundi soir dernier à Lahonce, tout autant à St-Pée le 22 septembre par exemple), la multiplication des associations de villages,… sont des indices tangibles d’une opposition grandissante en vue de la manifestation de samedi.

 

Une opposition renforcée par les résultats de l’étude du cabinet Citec, qui donne raison à l’expertise militante du Collectif des associations de défense de l’environnement (Cade) accumulée par plus de 10 ans de combat, 

 

Les arguments de l’inutilité d’une telle infrastructure au Pays Basque, en gain de temps et/ou de capacité d’absorption du trafic par les voies actuelles font mouche. L’idée de trouer La Rhune frappe les esprits. Et la montée en puissance des arguments environnementaux et anti-productivistes n’aura échappé à personne.

 

La variété des acteurs du mouvement l’opposition augure également du succès de la manifestation : Les élus locaux de toutes obédiences du sud Labourd, de la Nive, du canton de St-Pierre d’Irube, la position de la ministre luzienne MAM (qui, même mouchée par Fillon, a ouvert une brèche), le cercle de Burrunz (chefs d’entreprises et cadres emmenés par l’ancien président de la CCI), des organisations de gauche (le NPA ; le PC et le PS étant quant à eux localement bien embêtés/silencieux), les écologistes, les abertzale (à l’exception du PNB), des syndicats (LAB et CGT), des associations locales (Mouguerre, Ustaritz, Urrugne, Ascain, St-Pée,…),....

 

On est loin de la figure réductrice du Nimby (not in my backyard, pas dans mon jardin). A Arbonne la banderole accrochée sur le fronton stipule bien en bilingue : « pas de LGV à Arbonne, ni ailleurs ».

 

On a plutôt tous les ingrédients d’un mouvement social.

 

 

A écouter aussi




 

Source : http://www.paysbasqueinfo.com/fr/component/content/article/148-environnement/2983-une-manifestation-qui-sort-du-train-train.html


Partager cet article

Repost0

commentaires