Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 08:15

 

 

england20120111_175302_hs2-gb.jpg

 

 

Le gouvernement britannique de David Cameron a approuvé, ce 10 janvier 2011, la construction d’une ligne ferroviaire à grande vitesse entre Londres et le nord du pays. Elle devrait relier la capitale au nord du pays (Birmingham, Manchester et Leeds). Un investissement de 40 milliards d’euros destiné à combler le retard du pays dans le domaine des infrastructures mais qui ne fait pas l’unanimité.

 

C’est la ministre des Transports, Justine Greening, qui a annoncé la future construction d’une ligne à grande vitesse devant relier Londres à Birmingham. Prête en 2026, « HS2 » (High Speed 2 puisque « HS1 » est la ligne empruntée par l’Eurostar depuis 2007) permettra de réduire à 50 minutes le temps de trajet entre les deux plus importantes villes du pays, distantes de 170 kilomètres (1h30 de trajet actuellement). Dans un deuxième temps, vers 2032, des prolongements de ligne entreraient en service vers Manchester-Liverpool et Leeds-Sheffield (ramenant les temps de trajet de 2h20 à 1h20). Puis, dans un avenir encore plus lointain, l’Ecosse serait concernée avec l’arrivée de cette LGV à Glasgow (3e ville de tout le pays) et Edinbourg.


La Grande-Bretagne n’avait pas consenti de pareil investissement depuis des dizaines d’années, et la construction d’autoroutes. Le projet de très grande ampleur devrait permettre à certaines villes industrielles du nord de profiter du dynamisme et du rayonnement économique de la capitale. Et il devrait également combler – légèrement – le retard de la Grande-Bretagne dans le domaine des trains à grande vitesse, domaine d’excellence de ses voisins français et allemands. Toutefois, le projet doit encore être voté au Parlement. Et des voix s’élèvent déjà contre le montant de l’addition en période de crise : 40 milliards d’euros pour les deux premières tranches (Birmingham, Manchester et Leeds).

 

Outre des préoccupations environnementales et économiques soulevées par des collectifs de riverains ou des députés conservateurs, la rentabilité même du projet est mise en question : le gain de quelques dizaines de minutes sur un trajet de train de 2 heures serait-il si crucial ? Le gouvernement promet pour sa part des retombées de 60 milliards d’euros pour l’économie sur… 60 ans. Reste que le réseau ferroviaire actuel du pays est ancien, presque saturé et que la construction d’une telle ligne constituerait « une première depuis l’ère victorienne », souligne Justine Greening.



11/01/2012

 

Source : http://www.batiactu.com/edito/une-2e-lgv-controversee-pour-la-grande-bretagne-30982.php

Partager cet article

Repost0

commentaires