Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 18:41

 

 

TGV_Est_Europeen-083e7.jpg

 

En juin 2012, cela fera 5 ans que le TGV Est européen a été mis en circulation en Lorraine. Mais si ce dernier s’avère un succès commercial indéniable (voir: http://forumdeslorrains.forumactif.com/t877-tgv-est-europeen-36-millions-de-voyageurs-transportes), il n’est pas rentable. Pourtant, le taux d’occupation des rames atteint 72 % et les taux de satisfaction et de ponctualité sont de 93 %, soit les meilleurs scores du réseau à grande vitesse français. La fréquentation a par ailleurs encore progressé de 4,5 % entre Paris et Metz et de 3 % entre Paris et Nancy. Pourquoi le TGV Est européen ne réalise-t-il donc pas de bénéfices ?

 

La principale raison invoquée par le SNCF est extérieure au TGV Est. Il s’agit de la flambée des péages sur les lignes acquittés à Réseau Ferré de France (RFF), propriétaire des réseaux. Ces derniers ont en effet augmenté de 500 millions d’euros en à peine 6 ans, pour atteindre un montant de 1,5 milliards d’euros en 2010. Et une nouvelle hausse de 7,5 % est d’ores et déjà programmée en 2013. Surendetté, RFF cherche à faire qu’à terme les péages représentent 50 % du prix du billet, contre 30 % actuellement. Le gestionnaire du réseau estime qu’un effort accru doit être accompli par les compagnies ferroviaires et leurs clients. Ben voyons, déjà que ce sont les deniers lorrains qui ont financé ledit réseau Est européen, c’est quand bien même nous prendre pour des vaches à lait. Or, à ce jour, aucune étude scientifique sérieuse n’a réussi à montrer que le Lorrain pondait des œufs d’or.


L’électricité, autre charge supportée par la SNCF, a elle-aussi augmenté de 15 à 20 % au moment où les chantiers de rénovation des voies pèsent sur le trafic.


Enfin, l’usure des rails de la LGV Est est plus rapide que prévue. Mais les ingénieurs ne savent pas si cela résulte de la vitesse de circulation de 320 km/h, du matériel sorti des ateliers d’Alstom, de la configuration des ICE allemands qui ont accès au réseau, ou d’une combinaison de tous ces facteurs.


Aujourd’hui, même si les tarifs appliqués sont parfois insaisissables et peu transparents, 80 % des voyageurs monteraient à bord d’un TGV à un prix réduit. Il faut savoir que si la SNCF n’était pas contrainte par l’Etat français elle appliquerait des tarifs bien plus élevés encore. Autrement dit, le risque que le TGV devienne définitivement un produit de luxe est réel. Parallèlement, les trains Corail et Intercités ont été supprimés en Lorraine, prenant ainsi en otage les petits et les moyens budgets, ainsi que toute les personnes pour qui la durée du trajet ne constitue pas un problème majeur. Pourtant, les « anciennes » voies ferrées existent toujours.

 

Source : http://www.agoravox.fr/actualites/info-locale/article/tgv-est-europeen-un-succes-non-110030

Partager cet article

Repost0

commentaires