Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 09:49

 

Semaine du 24/05/2010  - Économie/Social

Écrit par Rédaction


 

strasbourg_front_commun.jpg

La remise de la Charte d'Hendaye par le front européen anti-LGV au Parlement de Strasbourg, mardi 19 mai, n'a guère de points communs avec la visite d'élus du Pays Basque nord auprès du Ministère de l'Ecologie et des Transports. Les élus sont allés au bout de la logique institutionnelle, se présentant à Paris tels les Bourgeois de Calais exigeant du dominant que soient épargnés leurs territoires. Mais la démarche des collectifs du Pays Basque nord et sud, des Pyrénées Centrales, de l'Est et du centre de la France, et du collectif italien No Tav du Val de Susa, ne relève pas de la fin de la route.


Ressentie comme "une étape nécessaire" de ses revendications, cette opposition européenne a d'abord utilisé les tribunes offertes par Europe Ecologie et les centristes italiens de l'ALDE pour dénoncer un projet ferroviaire qui "ne peut traverser les territoires de notre présent et les ressources financières de nos enfants sans se poser la question de la nature de cet investissement public", comme le présenta le bouillant porte-parole de No Tav, Paulo Prieri. Débat ouvert vivement dès le matin, avec, comme seule opposition, la voix de Jean-Luc Benhamias, transfuge égaré du courant écologiste parti rejoindre les sirènes évanescentes du Modem de François Bayrou, à contresens de la tendance. Son intervention sur "un débat tranché depuis 20 ans entre la LGV et l'avion en termes de bilan carbone" aura permis aux uns et aux autres de constater que 10 heures de train et une nuit en auberge de jeunesse ne sont pas en mesure d'affaiblir le porte-parole du CADE, Victor Pachon : en une courte intervention, celui-ci conseilla au plumitif de "relire ses notes", et de constater que le débat portait "depuis au moins autant de temps" sur la comparaison entre les conséquences carbone des nouvelles voies LGV par rapport à l'utilisation des voies existantes. 

 

L'après-midi, tous les collectifs furent unanimes pour conclure que la conférence de presse organisée "à l'attention de tous les journalistes présents" a tourné en petite plaisanterie, l'information n'ayant visiblement pas été assez nourrie en interne auprès des organes principaux. Mais l'essentiel n'était pas forcément là... Poignées de main, sourires paisibles, la réunion qui les rassemblait quelques minutes plus tard a précisément permis de faire le point de cette opposition qui, en quittant la salle du Parlement, a grondé : "Tous ceux qui évoquent ce projet de LGV en se laissant filer aux métaphores doivent comprendre que nous serons présents pour les faire retomber dans la réalité".

 

                                                                                                                                   ...../.....

 


Source :http://www.paysbasqueinfo.com/fr/component/zine/article/715-strasbourg-quand-le-front-anti-lgv-europen-voque-une-nouvelle-guerre-despagne-.html

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires