Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 08:46

 

p005_ph01_68209.jpg

 

 

 

31/08/2011 C.B.


Une délégation du Cade s’est rendue au premier Forum contre les “grands projets inutiles”, organisé par le mouvement italien No TAV (“Non LGV”) à Venaus-Busseleno (Val de Susa) du 26 au 30 août. A cette occasion, le mouvement No TAV, en lutte contre un projet de LGV entre Lyon et Turin, a rassemblé près de 300 participants venus d’Italie, d’Allemagne, de l’Etat espagnol, de l’Hexagone ou d’Irlande, et qui ont débattu autour de dix grands projets européens.


Après la signature en janvier 2010 à Hendaye d’un texte commun à de nombreuses associations européennes, cette journée a marqué une étape supplémentaire dans l’organisation de la lutte européenne contre la prolifération de grands projets d’infrastructures en Europe jugés “inutiles”.


Des points communs 

Lors de la présentation des dix projets européens, un certain nombre de points communs ont été mis en avant : “On a notamment constaté que dans tous ces pays, des projets de LGV, d’infrastructures ferroviaires, d’autoroutes, d’aéroports, de plateformes pétrolières et de gazoducs sont planifiés sans concertation avec la population, ce qui est contraire à la convention Aarhus [sur l’accès à l’information, la participation du public au processus décisionnel et l’accès à la justice en matière d’environnement, signée le 25 juin 1998 par 39 Etats, ndlr]”, relève la représentante du Cade, Martine Bouchet. “Les citoyens ont la volonté de s’engager, de réaliser des solutions alternatives, mais on ne leur reconnaît pas ce droit démocratique. Il n’y a, en outre, aucune prise en compte des propositions alternatives avancées et qui, globalement, disent stop à l’infrastructure jetable et favorise l’entretien des structures déjà existantes, datant souvent d’il y a 20 ou 30 ans”.


Derrière ces grands projets de construction lancés à tour de bras, les associations pointent du doigt les intérêts à peine cachés de quelques banques et grandes entreprises privées ainsi que de politiciens. “Ces gros investissements servent à faire tourner la machine à béton, en somme”, reprend la militante. “Les populations concernées n’en retirent aucun bénéfice”.


Le mouvement s’organise 

A l’issue de cette rencontre, les participants ont pris une série de décisions pour se doter d’outils et de moyens communs (site Internet et vidéos) pour la convergence de leurs actions, dont la reconduction annuelle de ce forum dans la perspective d’une participation au Forum social mondial de Tunis en 2013, par exemple. Les bases d’une seconde “Journée européenne contre les grands projets inutiles” ont d’ores et déjà été posées. L’avantage ? Donner une dimension européenne aux événements locaux. Ainsi, la participation à la manifestation prévue à Paris en novembre prochain avec les opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Nantes) a été annoncée.


 

Source :http://www.lejpb.com/paperezkoa/20110831/287981/fr/Stop-aux-grands-projets-inutiles%E2%80%9D

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires