Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 13:26

 18 Hendaia 23 10 am
   Une déleguée NO TAV à la manifestation du 23 janvier 2010
                                                                                          photo Angela Mejias




Communiqué de presse : Solidarité avec le mouvement NO TAV des vallèes de Suse et Sangone (Italie) dans leur lutte contre la construction d’une LGV.

 


Le 21 février 2010-02-22

 


Grâce à des témoignages qui arrivent par internet, nous avons appris avec stupéfaction que des heurts très violents, se sont produits le 17 février 2010 des manifestants du mouvement italien NO TAV, s’opposant à la construction d’une ligne ferroviaire à grande vitesse (LGV) et la police italienne. Une dame et un jeune garçon ont été grièvement blessés et transportés à l’hôpital de Turin. D’après ces témoignages, il s’agit d’un véritable « passage à tabac » par la police de deux personnes tombées par terre à cause du terrain en pente et très glissant.


 

Le mouvement NO TAV, cosignataire de la Charte d’Hendaye, est un mouvement qui appelle à des actions d’opposition non violentes.


 

La violence ne peut pas être la réponse donnée à une mobilisation populaire dans un pays démocratique. Elle est le signe que l’opposition très forte exprimée en 21 ans de lutte démocratique par la population n’est pas prise en compte.


 

La contestation du projet ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin, en partie financé par l’Union Européenne, est très importante dans les vallées de Suse et de Sangone, et la dernière manifestation du 23 janvier 2010 a rassemblée 40 000 personnes à Suse. Les actions d’opposition contre les forages en cours sont quotidiennes.

 

 

Nous voulons attirer l’attention de la presse française et internationale sur les dérives des commentaires de la presse italienne, qui présente les opposants en Italie comme une « minorité violente », ce qui fausse totalement le débat et ce qui amène à la situation que connaît aujourd’hui la Vallée de Suse, devenue une zone militarisée pour freiner les importants mouvements de protestation.

 

 

Nous pensons que la presse a un rôle fondamental à jouer, en permettant un réel relais des oppositions et en participant ainsi à une véritable démocratie. Nous espérons que la presse internationale va aller en Vallée de Suse pour pouvoir rendre compte de la situation.

 

 

 

Le CADE


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires