Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 15:30

logo cade

 

 

 

 

Position du CADE au sujet du projet de ferme solaire à Gabat

 

 

Tandis que nous ne sommes qu’au début des conséquences de Fukushima…  

Nous sommes résolument pour enclencher la sortie du Nucléaire, affaire qui prendra évidemment quelques décennies. Cependant il nous semble opportun d’affirmer certains points :

Un bon début c’est déjà de diminuer la consommation énergétique en impulsant des produits industriels moins « gourmands », en apportant une qualité d’isolation supérieure aux bâtiments et logements notamment.

Cette sobriété énergétique est donc pour nous une priorité

 

Le recours aux énergies renouvelables…  

Nous sommes bien évidemment favorables au recours aux énergies renouvelables existantes et à venir si on se donne la peine de consacrer moins de crédits à la recherche sur le nucléaire et plus pour les énergies renouvelables.

 

C’est pourquoi, tout en n’ignorant pas des impacts sur lesquels il nous faut agir (exploitation des composants et nécessité d’une filière de recyclage), nous sommes résolument en faveur du recours à l’énergie photovoltaïque.

 

Cependant nous avons comme priorité, d’aller vers une autonomie des constructions et de l’habitat collectif ou individuel afin de diminuer la consommation.

 

Ensuite, de manière plus massive, nous sommes favorables à l’utilisation des toits de bâtiments existants. On peut aisément imaginer localement, que les toits des usines Dassault, Turboméca etc… voire des supermarchés et autres sont un gisement importants et dignes d’être explorés avant de grever les sols agricoles.

 

Nous citerons pour son importance, le plus grand toit solaire d’Europe (54 000 m2) à Laudun dans le Gard et dans un domaine plus modeste à l’autre bout, le projet récompensé au salon international des énergies renouvelables de Montpellier, d’ombrières de parking à Agen.

 

En conséquence nous sommes hostiles aux différents projets qui de Losse-Gabardan dans les Landes, de Cestas en Gironde à Gabat ici, vont amputer des surfaces agricoles.

 

Nous y sommes d’autant plus hostiles, que ces projets dont certains prévoient déjà des extensions vont ouvrir une brèche vers l’industrialisation et leur neutralisation biologique. Nous y sommes d’autant plus hostiles que cette porte ouverte aujourd’hui à Gabat risque de se multiplier détournant les terrains agricoles de leur vocation première : nourrir.

 

Les artifices accompagnant ce projet (brebis broutant entre les panneaux) ne peuvent occulter que ceci est un début de confiscation de terres agricoles.

Partager cet article

Repost 0

commentaires