Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 17:29

 

 

index

 

01-Le-Moniteur-Lyon-Turin.jpg

 

Bonjour

 Vous trouverez en PJ un article publié par LE MONITEUR en date du 03/06/2014  concernant le Lyon Turin et nos commentaires ci-après


  Hubert du Mesnil président de LTF estime que le financement du seul tunnel de base du Lyon-Turin ne poserait aucun problème à la France pour mobiliser 150 à 200 millions €/an pendant 10 à 15 ans, il veut sans doute rassurer ses partenaires Italiens et de la commission Européenne  pour la chasse aux subventions pour ce grand chantier.


 Sauf qu'il s'agit qu'une partie seulement de l'iceberg financier, puisque la construction du tunnel de base implique que l'on s'attaque tôt ou tard aux accès Français de la section St Exupery - St jean de Maurienne. et des accès coté Italiens. Ces accès représentant  18 milliards € soient 70% des coûts du projet. Ce qui est loin d'être gagné.


Rappelons à ce sujet que les opposants au Lyon-Turin ont déposé un recours auprès du Conseil d'Etat pour faire annuler la déclaration d'utilité publique (DUP) des accès Français au tunnel de base.


 Le calendrier non fixé des travaux ne pose pas de souci à Hubert du Mesnil puisque le trafic fret qui justifiait le Lyon-Turin n'est pas au RDV.  La priorité pour lui n'est pas le ferroutage mais de faire couler le béton au profit des grands groupes du BTP et des gestionnaires d'infrastructures.


En bon lobbyiste des PPP (partenariat -public -privé) l'endettement public n'est pas son problème non plus, puisqu'il considère de façon très décomplexée qu'il est pertinent que les aléas financiers du génie civil soient supportés en maîtrise d'ouvrage publique, à l'inverse les équipements ferroviaires supposés plus rentables  doivent faire l'objet de PPP. Selon le principe de la socialisation des pertes et de la privatisation des profits


  Pour autant, le phasage des travaux commençant par le tunnel de base est conçu dans le but avoué de rendre le projet irréversible. c'est l'objet du chantier, dont le marché vient d'être attribué, de la galerie de reconnaissance  de 9 Km qui doit débuter début 2015 entre St Martin la Porte et La Praz pour un coût de l'ordre de 400 millions € et qui constitue en fait un passage en force pour imposer le projet avec une amorce du tunnel de base pour prétendre atteindre le point de non-retour.


 Réaliser le seul tunnel de base ne résout cependant aucun des problèmes posées par le transport des PL en Savoie et Hte Savoie, si celui-ci n'est pas reporté sur L'autoroute ferroviaire Alpine (AFA) sur la ligne historique, Force est de constater qu'il n'y a pas actuellement de volonté politique forte d'aller dans ce sens.


 Comme le soulignait le rapport de la Commission 21, le Lyon-Turin, s'il se réalise, va vampiriser durablement pour les décennies à venir l'entretien et la modernisation du réseau ferré existant, et contraindre à ajourner bon nombre de projets prioritaires de transports durables de proximités dont ont besoins les populations. Et ce d'autant plus que l'écotaxe qui devait financer ces infrastructures a du plomb dans l'aile.


 Sont également pénaliser les investissements pour l'AFA  (matériels roulant, nouvelles plateformes de chargements etc ...) afin d’augmenter sa cadence  sur la ligne ferroviaire historique du tunnel du Mont-Cenis utilisée à seulement 17% de sa capacité. Rappelons que l'AFA est toujours en phase d'expérimentation et que l'opérateur pour son exploitation opérationnelle n'est toujours pas choisi, bien que les travaux de mise au gabarit et de modernisation de la ligne existante soient réalisés depuis 2009.

 

Force est aussi de constater que  la priorité est donnée par le gouvernement aux transports routiers avec la mise en circulation du 2ieme tube en cours de construction du tunnel routier du Fréjus, avec la modération des péages pour les PL, et en retardant l'alternative du ferroutage sur la ligne historique.


 Il s'agit en effet de ne pas plomber les comptes des sociétés exploitantes des tunnels  de Fréjus STRF et du Mont Blanc ATMB  qui se sont lancées dans de lourds investissements. C'est d'ailleurs le souhait de François Drouin Président unique de ces 2 sociétés, de voir augmenter le trafic routier globalement sur les deux passages. Il donne ainsi encore plus de grain à moudre à la plainte contre X  déposée par des associations environnementalistes, des politiques et des citoyens  pour mise en danger de la vie d'autrui suite à la pollution atmosphérique liée à la non utilisation de la ligne ferroviaire existante pour réduire le trafic des PL sur la route.


 Bien qu'inédit, ce n'est pas le projet d'arrêté préfectoral  interdépartemental Savoie-Haute Savoie en cours d'élaboration contingentant cosmétiquement  le trafic  pour certaines catégories de PL en cas de pic de pollution  qui va résoudre durablement les problèmes des congestions de trafic et de santé publique dans ces deux départements. (Probablement l'opportunité de ce  projet d'arrêté préfectoral vient à point nommé après le dépôt de la plainte contre X)


 Tout ce passe comme si le Lyon-Turin en absorbant les deniers publics, tarissait le financement de  solutions alternatives plus rapides à mettre en œuvre (AFA et autoroute de la mer au passage de Vintimille entre autres) au plus grand profil des lobbys routier et du BTP.


Si on laisse faire, Le scénario ubuesque d'avoir les PL sur la route,  le tunnel de base sous utilisé, et la ligne existante vide de circulation n'est pas improbable.   


 Plus que jamais dénonçons la gabegie du Lyon-Turin, et mobilisons-nous pour le report massif des PL sur la ligne ferroviaire existante seule solution à court terme  pour le ferroutage.


 Nous vous invitons en conséquence  à participer le 9 Juin à Chambéry à partir de 10H jardin de la Cassine au rassemblement pour la convergence des luttes contre les grands projets Inutiles imposés (GPII)    voir invitation en PJ


NO  TAV  Maurienne

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires