Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 08:16

 

 

le-tgv-au-pays-basque-suscite-toujours-d-apres-debats_16879.jpg

Le TGV au Pays basque suscite toujours d'âpres débats... © Photo Chopin Jean Daniel

 

 

Publié le 19/03/2014 à 11h17 , modifié le 19/03/2014 à 14h36 par Emmanuelle Fère


Sur les 64 listes qui ont répondu au questionnaire du Collectif d'associations pour la défense de l'environnement, 56 s'opposent à la LGV. Les candidats des grandes communes ne sont pas très diserts.

 

Ce mercredi, le Collectif d'associations pour la défense de l'environnement (Cade) a livré les résultats du questionnaire qu'il a envoyé aux têtes de listes des élections municipales dans les 19 communes concernées par le fuseau LGV (littoral basque et sud Landes).


Les deux questions posées étaient les suivantes :
- Etes-vous favorable à la construction de la LGV ?
- Etes-vous favorable à l'aménagement des voies ferroviaires existantes ?


Sur les 64 listes qui ont répondu au Cade :

- 56 listes s'opposent à la construction de la LGV et se déclarent favorables à l'aménagement des voies existantes ;

- quatre listes, après commentaires, ne fournissent pas de position tranchée : celles d'Eric Saint-Martin à Hendaye (Front de Gauche), de Jean-Luc Delpuech à Labenne (Union de la Gauche), et de Jean-François Saussé à Lahonce ;

- deux listes se prononcent pour l'aménagement des voies existantes entre Bayonne et Hendaye seulement : celle de Guy Poulou à Ciboure (Divers droite) et de Kotte Ecenarro à Hendaye (PS).

Les têtes de listes des grandes communes ont été peu disertes sur la question de la LGV.


  • Ainsi, à Biarritz, les têtes de listes Max Brisson (UMP), Guy Lafite (Union de la Gauche), Jean-Benoît Saint-Cricq (Divers Droite) et Michel Veunac (Divers Droite) se sont limitées à des déclarations orales, lors de réunions publiques. ''Nous n'enregistrons que les réponses écrites'', précise Victor Pachon porte-parole du Cade.
  • A Anglet, les deux principaux candidats, Jean Espilondo (PS) et Claude Olive (UDI) n'ont pas fourni de réponse, alors que les listes de Jean-Baptiste Mortalena (Sans étiquette), Claude Larrieu (Front de Gauche) et Mikel Ithurbide ont répondu non à la construction et oui à l'aménagement de voies existantes.
  • A Bayonne, le candidat Henri Etcheto (PS) a fourni un ''avis personnel'', n'engageant pas ses colistiers, et favorable à la construction de la LGV. ''Dans le projet municipal que je porte, nous plaçons la construction du pôle multimodal de la gare de Bayonne au coeur de nos priorités, afin de préparer d'ores et déjà l'arrivée de la LGV SEA à l'horizon 2017.'' La réponse du candidat Jean-René Etchegaray (Union de la Droite) a été comptabilisée parmi les réponses non tranchées, qui se déclare favorable à l'aménagement des voies existantes, mais ne se prononce pas sur la construction de la LGV, et propose une rencontre au Cade, après les élections. La tête de liste Sylvie Durruty (Divers Droite) n'a pas répondu au questionnaire. En revanche, Serge Nogués (Front de Gauche) et Jean-Claude Iriart (Gauche Abertzale) se sont déclarés opposés à la construction de la LGV et pour l'aménagement de voies existantes.
  • Enfin, à Saint-Jean-de-Luz, le maire Peyuco Duhart (UMP) n'a pas répondu au questionnaire du Cade, "alors qu'il a participé au financement de l'étude CITEC'' (sur la fréquentation de la ligne ferroviaire actuelle - NDLR), mentionne Victor Pachon.

 

Selon le porte-parole du Cade, les réponses au questionnaire ont pour enseignement ''une forte imprégnation du refus du projet sur tout le littoral''. Victor Pachon note par ailleurs que ''certaines listes proches d'Alain Rousset prennent leur distance'', à Ciboure, Saint-Jean-de-Luz, Tarnos, Saint-Martin-de-Seignanx'' et une relative absence de la question de la LGV dans le débat des municipales. "Nos opposants nous ont abandonné en rase campagne. Il n'y a plus de sondeur, ou de CRS sur le terrain. Nos opposants ont accaparé le terrain des petits couloirs. Cela se joue désormais sur des questions financières.''

 


 

Source : http://www.sudouest.fr/2014/03/19/lgv-le-cade-a-sonde-les-tetes-de-listes-au-pays-basque-1496660-4018.php

 

Partager cet article

Repost0

commentaires