Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 09:14
 201001060908 w350

Publié le 06/01/2010 08:18 - Modifié le 06/01/2010 à 10:55 | Jean-Marie Decorse et Ph.E.

LGV : colère sur toute la ligne

Transports. Elus et citoyens ont manifesté hier à Toulouse. Ils contestent les différents tracés proposés et demandent enfin une vraie concertation.


Comme un air de déjà vu. Le grand chantier de la Ligne à Grande Vitesse (LGV) suscite les mêmes inquiétudes, réveille le même front pétitionnaire dans une aire urbaine toulousaine déjà échaudée, voilà cinq ans, par le projet de second aéroport. Mais cette fois-ci, l'enjeu est différent. Si l'aéroport, finalement retoqué par le Grenelle, avait prouvé sa relative inutilité, personne ne conteste la nécessité de cette LGV tant espérée depuis vingt ans. Mais à force d'attendre, les territoires se sont morcelés, urbanisés, rendant toujours plus complexes la définition d'un tracé dont les impacts sont multiples.

 

À la mi-novembre, Réseau Ferré de France a défini sur une carte les différentes bandes de 1 000 mètres où le TGV est susceptible de passer, ainsi que les emplacements potentiels des futures gares. Des variantes qui ont été soumises aux élus dans le cadre de commissions consultatives, dont une avait lieu ce mardi à la préfecture de Toulouse. Les étapes administratives se succèdent maintenant très vite, trop vite, selon les collectivités et les populations concernées. Ce jeudi, dans la foulée de ces consultations, a lieu un comité territorial chargé de préparer l'avis du comité de pilotage qui se réunira ce lundi 11 janvier à Bordeaux. De ce rendez-vous entre les préfets Aquitaine et Midi-Pyrénées sortira le tracé définitif. Mais l'échéancier risque fort d'être bousculé face à la fronde et aux actions des élus. D'autant que Jean-Michel Baylet a joint hier soir Jean-Louis Borloo, ministre de l'Écologie et du Développement durable, pour lui demander une prolongation de la concertation. « Nous avons de bonnes chances d'être entendus » a-t-il précisé. Dans le Lot-et-Garonne, un relatif consensus s'est installé avec la création d'une gare au sud d'Agen, sous réserve que l'État participe à la construction de deux autres ponts. Dans le Tarn-et-Garonne et le nord toulousain, il n'en est pas de même. Si RFF indiquait hier qu'aucun choix n'était arrêté, c'est le tracé le plus à l'ouest au sud de Montauban qui semble privilégié et qui réveille les craintes. Une proposition de tracé a été faite par la zone artisanale de Montbartier : « Il faut la saisir. J'ai demandé au président de RFF que cette proposition soit étudiée. Mieux vaut perdre quelques mois aujourd'hui si on doit parvenir au consensus », indique Martin Malvy pour la Région Midi-Pyrénées. Il est vrai que les collectivités ont leur mot à dire : elles interviennent dans le tour de table financier d'une LGV Bordeaux-Toulouse qui avoisine les 4 milliards d'euros.

 

Jean-Marie Decorse


TGV petit

Riverains et élus manifestent à Toulouse

« Pas de tracé sans concertation ». La banderole flotte sous la bruine glacée devant la préfecture, hier après-midi à Toulouse. Les manifestants, venus du sud du Tarn-et-Garonne et du nord toulousain en Haute-Garonne protestent contre les trois tracés proposés pour la ligne à grande vitesse, présentés au même moment, à l'intérieur de la préfecture, par RFF aux élus des deux départements et de Midi-Pyrénées.« Les trois tracés sont préjudiciables », explique un habitant de Saint-Jory (31). « On nous les a présentés le 1er décembre pour une décision prévue pour le 11 janvier », proteste Alexandra David-Ardite, porte-parole de l'association « Castelnau, TGV raisonné », qui ajoute : « Deux des trois tracés sont catastrophiques, ils condamnent une école en projet, une maison de retraite dont la construction est commencée, des équipements sportifs envisagés ». Pour Guy Salmona, président de l'AOC Fronton, 70 à 80 ha de vignobles sont menacés. « Il existe une solution : que le tracé passe à l'ouest de Grisolles. Il y a très peu d'habitations, cela coûterait beaucoup moins cher et satisferait tout le monde » dit-il.Une des variantes (la plus à l'ouest) hérisse particulièrement du côté de Pompignan (82) et Saint-Rustice (31) : « Nous proposons un tracé plus à l'ouest, le long de l'autoroute A62, mais RFF ne veut pas en tenir compte ». « Nous sommes tous pour le TGV », résume un habitant, « on ne peut être contre l'eau courante et l'électricité, mais on veut une vraie concertation : il y a des solutions, on ne veut pas nous entendre ». Et de réclamer le report du choix du tracé à une date ultérieure au 11 janvier. Un collectif d'associations doit être créé.

 

Ph.E.


Réactions

« Trouver un consensus »

Jean-Michel Baylet, sénateur, président du Conseil général du Tarn-et-Garonne.

« Nous sommes tous favorables à ce projet de TGV mais on ne laissera pas faire n'importe quoi. Pas question d'accepter un tracé qui passe à 40 m des fenêtres des gens, impossible d'accepter sans rien dire la démolition de centaines de maisons. Le TGV est un service d'intérêt général qui ne peut pas se faire contre l'intérêt des citoyens. Les collectivités - régions et départements - financent à hauteur de 50 % et cette contribution nous donne des droits. La réunion du 11 janvier à la préfecture ne doit pas être celle des choix. Il faut sortir de l'approche techno actuelle, réengager le dialogue trouver un tracé qui fait consensus. À défaut nous reviendrons sur nos engagements ».

 

Didier Cujives, conseiller régional. La position de la région est de refuser la « double peine » : pénaliser les habitants et en plus pénaliser le vignoble de Fronton. On nous a proposé un quatrième fuseau différent, c'est une avancée. Mais ce que nous souhaitons, c'est un fuseau plein ouest, à l'ouest de Grisolles. Nous souhaitons que l'on prenne le temps d'étudier cet autre fuseau : la LGV, c'est pour 2020, nous n'en sommes pas à six mois près.


Deux villages ne veulent pas être sacrifiés

Michel Weill, maire de Montbeton , 3 525 habitants, et Denis Lopez premier magistrat de Lacourt-Saint-Pierre (1051 habitants), deux villages du canton de Montech (Tarn-et-Garonne), ont toutes les peines du monde à calmer la colère, unanime, de leurs concitoyens. À Montbeton, 209 habitations devraient être détruites ou dévalorisées. Elles sont habitées par de jeunes couples venus s'installer en « banlieue de Montauban » et qui ont des prêts immobiliers à rembourser sur 15 ou 20 ans. Le comble, c'est que le mois dernier les services de l'État ont validé dans la future zone sinistrée de Montbeton un permis de construire d'un lotissement de 39 maisons. À Lacourt Saint-Pierre, le maire se désole car le village risque d'être coupé en deux. Il se fait plus que du souci pour l'actuelle mairie et le groupe scolaire qui pourraient voir passer les rails dans leurs murs. Ils réclament un passage plus à l'ouest vers Montbartier, dans des zones inondables et donc non constructibles et non habitées.

 

Toulouse-Narbonne : goût d'inachevé

Relier l'Atlantique à la Méditerranée et surtout les deux lignes TGV Est et Ouest. Tel est le dessein. Car si Midi-Pyrénées a besoin d'un désenclavement ferroviaire vers Paris, la région regarde aussi vers le bassin Méditerranéen et notamment Barcelone, via la ligne Toulouse-Narbonne-Barcelone, plus courte (150 km) et plus facile à réaliser que Bordeaux-Toulouse. Or, si ce projet de ligne nouvelle Toulouse - Narbonne est bel et bien en marche (les pré-études ont démarré l'an dernier), sa concrétisation risque de prendre de très longues années avec une mise en service estimée aux alentours de 2025, largement après celle de Toulouse-Bordeaux. Sice scénario se confirme, Toulouse risque de devenir, pendant quelques années, un «cul de sac» ferroviaire.

 

Lire aussi :

Semaine décisive pour la LGV

 

 

Source :http://www.ladepeche.fr/article/2010/01/06/749631-LGV-colere-sur-toute-la-ligne.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires