Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 08:42

 

 

A 14h 30 la réunion avec les élus s'est plutôt mal passée pour la médiatrice et le préfet. Les élus proLGV étaient absents (BAB), les autres ont fait de nombreuses critiques.

 

A 17h 30 ce fut le tour des associations, salle Adour: nous étions 22 représentants (es) dont une dizaine du CADE et des associations anti LGV, et  plus de 100 personnes étaient devant la sous préfecture sous la pluie avec des banderoles et le mégaphone.


Il y a eu quelques questions pendant le power point: RFF nous a rabattu les oreilles que la ligne serait enterrée à 60% au pays basque, en fait, elle va l’être à 35% et encore en comptant les tranchées enterrées qui sont des destructions recouvertes ensuite, de plus, tous les franchissements de fleuves seront aériens : l’ Adour à 15 m, la Nivelle à 22 m, la Bidassoa à 37 m.

 

Nous avons eu confirmation que le Y basque arrive trop haut au dessus de la Bidassoa (37 mètres au dessus du niveau de la mer). iI devrait y avoir des négociations sur ce point entre RFF et son homologue ibérique.


Un agriculteur d'Urrugne, TTote Elizondo, a posé le problème des exploitations morcelées, n'obtenant pas de réponse, il s'est levé en disant que c'était l'heure de la traite et qu'il donnait rendez vous à RFF dans ses champs en promettant moins de courtoisie.

 

Nous avons fait des déclarations soulignant les provocations de l'Etat qui ne répond pas aux attentes des 12000, 15000 manifestants et aux référendums locaux. Cela est perçu comme une provocation par les populations et le compte rendu de cette réunion va encore accentuer cette colère. Nous avons pris acte de l'incompréhension totale de l'Etat et nous avons quitté la séance avant la fin de la réunion.

 

Prochaine étape: réunion publique fin mai, sur proposition du CADE,  associations et élus ensemble.



Le rapport de "la médiatrice" rendu le 4 mai est disponible ici.


 


chma64 4 mai 2010 — Un survol du tracé de la LGV au Pays-Basque.
On peut imaginer l'impact dévastateur à travers notre beau pays...

 

Partager cet article

Repost0

commentaires