Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 09:24

 

 

1626693_6224151_800x400.jpg

Les visiteurs pourront visiter le magnifique chantier naval du baleinier « San Juan ». © Photo ARCHIVES P. DELOBEL

 

Publié le 28/07/2014 à 06h00 , modifié le 28/07/2014 à 11h41 par Édith Anselme

 

L’historien Andoni Etxarri fait découvrir le florissant passé maritime basque du côté de Pasajes. 

 

Andoni Etxarri est né à Hendaye. Son père est originaire de Pasajes, sa mère de Hondarribia. Depuis le 28 juin, il propose des visites guidées de Pasajes au départ d'Hendaye. Il suffit de le suivre pour découvrir le Pays basque maritime autrement. Suivez le guide.


http://memorix.sdv.fr/0/default/empty.gif 

 « Sud Ouest ». Quel est le ton de ces visites ?  

Andoni Etxarri. Mon circuit ne sera pas bling-bling. Il est loin des orientalismes d'antan et du tourisme folklorique. Je souhaite juste faire découvrir l'histoire maritime du Pays basque.


Comment vous êtes-vous intéressé à ce passé ?  

Né dans une famille de pêcheurs et charpentiers de marine, je me suis passionné très jeune pour notre patrimoine maritime. Un jour, lors d'une escale au Spitzberg, j'ai appris que Magdalena Bay abritait au XVIe siècle des marins basques.


Pasajes est le témoin de ce passé ?  

L'unique rue de Pasaia Donibane est bordée de vieilles maisons du XVIe siècle. Son histoire est intimement liée à celle de la France. Pasajes a séduit Victor Hugo, a accueilli La Fayette et intéressé Napoléon Ier. Sa paroisse recèle un retable somptueux. À Pasajes, on faisait du commerce, on pêchait la morue et on chassait la baleine. Les chantiers navals et les métiers annexes se sont forcément développés sur place.


Il y a plusieurs Pasajes ?  

Pasajes est partagé en trois : Donibane « Banda de Francia », Antxo qui devint un port de commerce avec l'arrivée du chemin de fer, San Pedro « Banda de España », situé sur la rive ouest du chenal qui forme le port naturel, est plus modeste mais il abrite aujourd'hui le centre culturel maritime Albaola.


Comment a été créé Albaola ?  

Avec d'autres passionnés, nous avions ouvert à San Juan des ateliers de construction d'embarcations d'après des plans du XIXe siècle. Nous voulions réhabiliter ce patrimoine. Nous sommes partis faire un tour de l'Irlande à la voile et aviron sur notre trainière mythique Ameriketatik.


Aujourd'hui, qu'est devenu Albaola ?  

Il est non seulement le centre culturel maritime le plus important du Pays basque, mais désormais un des plus remarquables d'Europe. Les recherches, doublées de la construction d'embarcations anciennes, ont permis de retrouver les gestes et techniques de nos ancêtres. Mais son impulsion a été donnée par le Canada. Au XVIe siècle, les pêcheurs basques chassaient la baleine et la morue sur les rivages canadiens et du Spitzberg. « Parcs Canada » a découvert l'épave du « San Juan », sombré à Red Bay en 1565.

Les archéologues ont remonté de l'eau glacée, pièce par pièce, les éléments du bateau. Albaola a complété leur travail en reconstruisant à l'identique la chaloupe baleinière de ce galion, avec laquelle nous avons mené une expédition épique sur le Saint-Laurent (au Québec) en 2006.


Et le San Juan ?  

Les informations recueillies par les archéologues canadiens nous ont entraînés dans un projet utopique qui s'inscrit dans le cadre de « San Sebastien 2016, capitale européenne de la culture », celui de la construction d'une réplique du galion « San Juan ». Ce chantier unique au monde vient de démarrer et sera achevé en 2016. Mes visiteurs de Pasaia (Pasjes en basque, NDLR) en seront les témoins privilégiés.

 


 

Source : http://www.sudouest.fr/2014/07/28/l-histoire-sort-de-l-eau-1626693-3921.php

 

Partager cet article

Repost0

commentaires