Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 12:27

 

 

biberon0.jpg

Une jeune maman au service maternité de l'hôpital de Levallois-Perret (D. PALLAGES/AFP)

 

Modifié le 19-04-2012 à 08h29


Par Suzanne de Bégon Mère citoyenne


LE PLUS. Suzanne de Bégon est la "lanceuse d’alerte" qui s’est battue pendant des années pour faire éclater le scandale de l’oxyde d’éthylène, utilisé pour stériliser les biberons des maternités. Elle a réagi à la note de la Direction générale de la santé du 13 avril, qui interdit la substance pour tous les nourrissons sauf les plus fragiles, en adressant cette lettre au ministère de la Santé.

Monsieur le ministre de la Santé,


Monsieur Xavier Bertrand


 Dans son communiqué du 13 avril 2012, la Direction générale de la santé confirme l’interdiction de l’utilisation de l’oxyde d’éthylène dans les tétines de nourettes de lait (biberons à usage unique distribués dans les maternités, ndlr) destinées aux bébés nés à terme dans les maternités.


 Paradoxalement, et contrairement à toutes les règlementations, la Direction générale de la santé (DGS) vient concomitamment autoriser l’oxyde d’éthylène pour la stérilisation des tétines, biberons, téterelles et tire-laits pour les enfants malades dans les hôpitaux pédiatriques, pour les prématurés en service de néonatologie et pour les enfants allaités par leur mère, qui utiliseront les tire-laits, téterelles et biberons stériles.


 Cette autorisation doit être immédiatement annulée : elle est illégale.


 Demande d'annulation de cette autorisation

 1- Elle n’est pas conforme à la directive 98 des biocides. La directive 98 des biocides interdit l’utilisation de ce biocide pour la désinfection des matériaux au contact des aliments, par conséquent, cette autorisation d’utiliser l’oxyde d’éthylène est contraire à la directive.


 2- Elle est également en infraction aux réglementations relatives au contact alimentaire. Le décret 73, en son article 11, interdit l’utilisation de substances CMR, cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques pour le nettoyage des matériaux au contact des aliments. L’arrêté du 9 novembre 1994 interdit l'utilisation de l'oxyde d’éthylène dans les matériaux composant les tétines et les biberons.


 Indépendamment de toute dose et de toute trace trouvées dans le produit final, furent-elles négligeables, c'est son utilisation qui est interdite. L'usage de l'oxyde d'éthylène est prohibé par les trois règlementations citées plus haut pour l'application des biberons, tétines, téterelles et tout matériau au contact des aliments.


 3- Cette décision va à l’encontre même des recommandations du Haut conseil de la santé publique (HCSP).

 - Le HCSP ne recommande pas la stérilité des biberons. Consulté par la Direction générale de la santé, le HCSP a recommandé de sécuriser les biberons sur le plan infectieux, d’apporter la preuve de l’absence de micro-organismes potentiellement pathogènes et de la maîtrise de la flore totale : le HCSP recommande donc la propreté microbiologique et non la stérilité des biberons. Dès lors, il n’est plus nécessaire ni obligatoire de stériliser les biberons vendus aux hôpitaux. Une fabrication en ambiance maîtrisée, en salle blanche, suffit (en classe 100.000 par exemple).


Cette recommandation est contrecarrée par la DGS qui préconise encore la stérilisation !

 - Le HCSP recommande de garantir l’innocuité de tels matériels en cohérence avec la règlementation des matériaux au contact des aliments.  Cette dernière recommandation n’est pas suivie par la DGS puisque ladite réglementation des matériaux au contact des aliments interdit l’utilisation de l’oxyde d’éthylène, indépendamment de sa présence, fût-elle négligeable, je le répète.

 La Direction générale de la santé ne peut pas, ne doit pas et n'a pas à enfreindre les lois en vigueur.


 D'autres méthodes de stérilisation existent

 La santé publique commande que l'on prenne pour point de départ les impératifs de santé, et non pas les contraintes et les limites de deux fabricants "attitrés" ! Ces deux fabricants ne sont pas équipés en salle blanche, la stérilisation pour eux devient donc obligatoire. Sachant que d'autres méthodes de stérilisation sont aussi efficaces, contrairement à ce que prétend le communiqué, pour quelles raisons, la Direction générale de la santé se limite-t-elle à l’offre à l’oxyde d’éthylène des fabricants BELDICO et CAIR ? Que sait la DGS des mécanismes des appels d'offres publics ?


 En conséquence, je vous prie de bien vouloir rappeler à l'ordre la Direction générale de la santé, en lui précisant bien que cette méthode est interdite, mais que si elle-même l'a autorisée, par le passé, aux deux fabricants cités ainsi qu'aux marques de lait, ce fut illégalement et au mépris de la santé des bébés. Qu'elle s'en tienne pour responsable et coupable.


 Veuillez agréer, Monsieur le ministre de la Santé, l'expression de mes salutations les plus distinguées.


 

Source : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/526638-biberons-et-oxyde-d-ethylene-un-scandale-s-acheve-un-autre-commence.html

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires