Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 08:49




Ramuntxo Garbisu - publiéle 11 septembre 2009| Bayonne |


 

Avec cette étude suisse qui conforte leur opposition à de nouvelles voies ferroviaires en Pays Basque nord, les défenseurs des voies existantes appellent riverains et citoyens à les rejoindre.

 
La satisfaction a gagné les rangs des opposants aux nouvelles Lignes à Grande Vitesse envisagées pour le Pays Basque nord, depuis l'officialisation de cette étude indépendante suisse et la mise à mal du mythe de la saturation des voies actuelles entre Bayonne et Hendaye.

"Au tout début du débat, l'opérateur Réseau Ferré de France ne voyait aucun inconvénient technique insurmontable pour utiliser les voies actuelles, sans nous parler de tunnels dans la Rhune ! Nous comptons bien le leur rappeler quand, aujourd'hui, ils tentent de communiquer le contraire", précise Victor Pachon au nom du collectif.


Les opposants réjouis par le ralliement de nombreux élus du Pays Basque nord


Pour ces associations mobilisées depuis 1993, les conclusions portant sur la viabilité des lignes actuelles pour les 50 prochaines années les placent dans une position stratégique incontestable : celles d'avoir eu raison depuis très longtemps, et d'être aujourd'hui rejointes par de très nombreux élus du Pays Basque nord.

"Cette étude va devenir un bélier dressé face aux portes fermées des gens bornés et à œillères qui ne jurent que par une croissance aveugle et irresponsable", rajoute-t-il.

En découvrant cette étude il y a deux jours, même le Préfet des Pyrénées Atlantiques a officiellement reconnu que, par ailleurs, personne ne pouvait s'avancer à dire ce que seraient les transports à cet nouvel horizon de 2050...

"La seule explication de l'entêtement de RFF et de l'Etat dans ces circonstances, c'est chercher à alimenter la croissance économique de grands groupes industriels, toujours les mêmes", rajoute un porte-parole du collectif.


Le travail d'information des riverains reste leur priorité

Si, dans les prochaines semaines, ce réseau associatif et apolitique continuera à organiser de très nombreuses réunions publiques d'information, notamment en direction des riverains des voies actuelles, la vitesse supérieure est désormais enclenchée, avec la programmation de prochaines manifestations à Bayonne et Hendaye.

"Nous demandons à ce que les crédits prévues pour l'insonorisation des voies nouvelles soient affectés aux voies actuelles, "précise-t-il, "le confort des riverains doit être une priorité".

"A la différence de certains élus qui préconisent l'enterrement des futures lignes pour limiter les nuisances phoniques pour les riverains, nous n'avons pas attendu 2009 pour savoir qu'ils existaient des riverains qui sont concernés par ce projet", rappelle encore Victor Pachon.

 

Le 17 octobre prochain, ils se joindront à la manifestation lancée par les 29 élus des 3 Communautés de Communes du Pays Basque nord : une échéance sans doute rapide, "nous avons pris connaissance de cette date par la presse", confirme Victor Pachon.

En janvier 2010 sera lancé un appel à un large rassemblement populaire à Hendaye, avec le soutien déjà acquis de syndicats, de représentants du monde agricole, d'associations de consommateurs et de riverains : sera également présent le mouvement "AHT-Gelditu !", qui s'oppose à une construction jugée irraisonnée de nouvelles lignes en Pays Basque sud (le "Y basque").

L'échéance des élections régionales de 2010 sera également l'occasion de mettre les candidats face à leur positionnement sur ce dossier.

D'ores et déjà, de nouveaux référendums populaires sont prévus pour que, à cette date, l'ensemble des citoyens des villages concernés par ce projet ferroviaire puisse faire entendre leurs voix.

 

Et de conclure :

"Le sujet dont nous devrions débattre n'est pas celui de savoir combien de trains nous arriverons à caser dans les voies ferroviaires : il est de s'interroger de savoir quelle est cette société où l'on nous propose des cerises du Chili en décembre, et où notre papier-toilettes est fabriqué en Chine. L'heure est à la ceinture verte agroalimentaire autour des villes, à la relocalisation de nos entreprises, et à la prise de conscience des drames causés par ces catastrophes environnementales ".

 

 

Source : http://www.eitb.com/infos/environnement-et-science/detail/237290/les-anti-lgv-sonnent-lheure-mobilisation-populaire/

 

 

 

 

Les opposants appellent à de larges rassemblements

Partager cet article

Repost0

commentaires