Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 07:54





Transports . En déficit, la SNCF accuse le fret ferroviaire de lui coûter trop cher. La suppression de certaines activités pourrait être annoncée en septembre.


Certaines échéances tombent rond. Un mois avant de tenir un conseil d’administration qui pourrait s’avérer décisif pour l’avenir du fret ferroviaire, la SNCF a publié, avant-hier, le bilan économique de son premier semestre. Mauvais. La compagnie enregistre sa première perte nette depuis 2003. Le déficit s’élève à 496 millions d’euros sur le premier semestre 2009. Pour comparaison, l’an dernier sur la même période, la SNCF enregistrait un bénéfice de 418 millions.

 

La branche fret se fait particulièrement épingler, qui représente 65 % des pertes. Un solde qui pourrait être fatal à certaines activités de ce secteur, déjà sur la sellette. Plus de 8 000 emplois ont été supprimés dans cette branche en six ans, estime la CGT cheminots. Le seul premier semestre 2009 aura enregistré une baisse des effectifs équivalente à 2 451 emplois. Cela ne devrait pas s’arrêter : fin juin, Pierre Blayau, patron de la branche transports et logistique de la SNCF, promettait des mesures de réforme pour septembre.

 

6 000 emplois menacés

Visé singulièrement, le wagon isolé, autrement dit le système de collecte de marchandises « à la carte », organisé auprès des entreprises. La direction prévoit de le faire disparaître, s’inquiètent les syndicats. Des pôles d’activité seraient délégués à des filiales dans le but « d’augmenter la productivité de 15 % en s’affranchissant de la réglementation du travail de la SNCF », alerte la CGT, « et les prévisions de transporter 35,3 milliards de tonnes (de marchandises) par kilomètre en 2009 seraient rabaissées à 27,5 milliards de tonnes ». De 4 000 à 6 000 emplois seraient ainsi menacés.

 

Une aberration économique et sociale, dénonce la CGT, qui déplore que les propositions alternatives aient été écartées par la direction. Une aberration environnementale aussi, quand la baisse d’activité du fret ferroviaire impliquerait l’augmentation du trafic routier.

 

À l’encontre du Grenelle

Selon SUD rail, le gouvernement prévoit de transférer 50 à 60 % des chargements de wagons isolés à la société de camions Geodis. La facture carbone-bruit-infrastructures routières sera salée, note la CGT cheminots, qui estime que le nombre de bahuts sur les routes de France pourrait augmenter de 700 000.

 

« Il est inconcevable qu’une entreprise publique se permette d’aller à l’encontre du Grenelle de l’environnement ! » s’insurgeait hier Didier Le Reste, secrétaire général de la fédération. Le syndicat prévoit une journée d’action régionale le 9 septembre, à Thouars, dans les Deux-Sèvres, et une autre, nationale, le 16 septembre, au Bourget, en Seine-Saint-Denis. ONG, élus et usagers sont invités à se joindre à cette nouvelle bataille du rail.

 

 

Marie-Noëlle Bertrand

 

Source http://www.humanite.fr/2009-08-28_Politique-_-Social-Economie_Le-fret-ferroviaire-a-la-tete-sur-le-billot

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires