Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juillet 2020 4 02 /07 /juillet /2020 10:42

 

 

Par Nicolas Casaux

22 juin 2020

La convention citoyenne pour le climat ou le combat héroïque pour sauver l’avenir de la méga machine techno-industrielle

Bernard Charbonneau associait le mouvement écologiste à deux notions : nature et liberté. Son écologie était un combat en faveur des deux. Depuis son avènement, le mouvement écologiste a connu d’importantes divisions. La société industrielle capitaliste récupère tout. Il y a déjà plusieurs décennies, elle a largement récupéré les inquiétudes écologistes qui commençaient à se répandre parmi les populations de certains États, les cooptant dans le cadre d’un mouvement (soi-disant) écologiste qui, loin de combattre pour la nature et la liberté, combattait désormais pour le « développement durable ». C’est-à-dire pour le contraire de la nature et de la liberté. Il s’agissait désormais de tenter de faire durer la civilisation techno-industrielle, d’assurer sa perpétuation, son avenir. Pour ce faire, il fallait qu’elle apprenne à mieux gérer ce stock immense de ressources qu’on appelle la nature. Qu’elle mette en place de nouvelles industries de recyclage, de retraitement des déchets, des industries vertes. Ainsi, au bout du compte, elle parviendrait à la soutenabilité, pour le plus grand bonheur de tous les civilisés, y compris des nouveaux écologistes, lesquels apprécient la servitude moderne, la vie planifiée, contrôlée, surveillée, dirigée, légiférée, règlementée, endoctrinée, gouvernée, technologisée, virtualisée, artificialisée, etc.

Depuis, et malgré l’accumulation inexorable de preuves de son ineptie, de son échec, l’idée de « développement durable » — que des écologistes conscients de son impossibilité et de l’imbécilité qu’elle constitue dénoncent depuis le début — s’est déclinée sous diverses appellations (économie verte, croissance verte, ou bleue, industries vertes, économie symbiotique, Green New Deal, etc.).

Le souci de lutter pour la nature pour elle-même (qui animaient un certain nombre des pionniers du mouvement écologiste), pour la raison que les êtres vivants, les espèces vivantes, les paysages, les communautés biotiques, les biomes, les biotopes, etc., ont une valeur en eux-mêmes, indépendamment de leur utilité pour les hommes, sont tous dignes de respect, ne s’est jamais diffusé au sein de la population de la civilisation mondialisée. Une telle perspective risquerait de nuire aux intérêts qui la dominent, lesquels s’arrangent donc pour ne pas la propager (aujourd’hui, toujours, les idées dominantes sont les idées des dominants). C’est pourquoi les « conventionnels » souhaitent inscrire dans la formidable et parfaitement démocratique constitution française l’importance de « la préservation de l’environnement, patrimoine commun de l’humanité ». « L’environnement », quoi que cela signifie, c’est à nous — ça ne s’appartient pas.

Nous sommes bien loin du biocentrisme ou de l’écocentrisme de certains pionniers de l’écologie, de cette « humilité principielle » qui consiste à « placer la vie avant l’homme », ainsi que l’a formulé Lévi-Strauss (Mythologiques 3, L’origine des manières de table) :

« En ce siècle où l’homme [et plus précisément la civilisation, ou l’homme civilisé] s’acharne à détruire d’innombrables formes vivantes, après tant de sociétés dont la richesse et la diversité constituaient de temps immémorial le plus clair de son patrimoine, jamais, sans doute, il n’a été plus nécessaire de dire, comme font les mythes, qu’un humanisme bien ordonné ne commence pas par soi-même, mais place le monde avant la vie, la vie avant l’homme ; le respect des autres êtres avant l’amour-propre ; et que même un séjour d’un ou deux millions d’années sur cette terre, puisque de toute façon il connaîtra un terme, ne saurait servir d’excuse à une espèce quelconque, fût-ce la nôtre, pour se l’approprier comme une chose et s’y conduire sans pudeur ni discrétion. »

La « convention citoyenne pour le climat », louangée par tous les idiots utiles de l'écologie médiatique (Barrau, Dion, etc.), c’est un divertissement de plus conçu dans le cadre du « développement durable », visant à faire croire que quelque chose est fait, ou que quelque chose pourrait être fait, pour garantir le futur de notre glorieuse civilisation, le futur du Léviathan. Comme son nom l’indique, d’ailleurs, le terme écologie tend ces temps-ci à disparaître au profit du « climat », employé à toutes les sauces. Il ne s’agit pas, en effet, de préserver le monde naturel, mais toujours d’assurer l’avenir de la société industrielle, notamment face au réchauffement climatique qu’elle provoque elle-même (qu’il s’agit d’essayer d’enrayer, et d’abord parce qu’il menace sa propre postérité). Des mesures sont proposées pour diminuer les émissions de carbone, diminuer l’empreinte écologique, améliorer l’efficacité énergétique, réguler les pollutions que génère la civilisation industrielle. À l’image de ce « grand chantier national » de rénovation des logements visant à parfaire leur isolation thermique, afin d’économiser de l’énergie. Chantier qui va surtout servir l’économie, l’industrie du BTP. Il s’agit encore et toujours d’essayer de rendre durable l’urbanisme de la civilisation techno-industrielle, toute l’infrastructure qu’elle a construite. Comme si c’était possible, et comme si c’était souhaitable — alors que ce n’est pas possible et que ça ne devrait pas être souhaitable. Selon toute logique, l’infrastructure de la civilisation va de pair avec ses structures sociales, avec les structures sociales qui ont permis son édification et qui rendent possible sa maintenance, lesquelles sont contraires à la liberté, lesquelles impliquent une servitude moderne généralisée. L’infrastructure de la civilisation va aussi de pair avec tout son système techno-industriel, lequel ne sera jamais soutenable. La convention citoyenne pour le climat, c’est une émanation de plus du narcissisme de la civilisation, qui s’aime beaucoup et qui s’inquiète pour son avenir ; une illustration de plus de cette « course sans espoir visant à trouver des remèdes aux maux qu’elle génère ».

Le plus tôt nous commencerons à nous demander collectivement : comment démanteler cette infernale mégamachine techno-industrielle ? (Au lieu de nous demander : comment la rendre soutenable ?) Comment démanteler l'Etat et le capitalisme ? Le plus tôt nous commencerons à enrayer les dynamiques actuelles de destruction.du monde et de dépossession, d’asservissement des humains. Mais nous ne nous poserons sans doute jamais collectivement cette question. De là d’autres interrogations pour ceux qui se soucient de la vie sur Terre et de la liberté.

 

 

Source : https://www.facebook.com/nicolas.casaux?__tn__=%2CdC-R-R&eid=ARD3NY7yPKgJATEeTrU5VcTYel9fqVmpKcohMzu-KUGDUy_kCmW5ydMzsBz61vIT87FIYGPPHWqQODZn&hc_ref=ARTems5zE7LxmQs4rtoikXraT0WnK2X9e_aRvrYwGCu6m754QhOLxviIkb25vTzE53E&fref=nf

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires