Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2020 4 11 /06 /juin /2020 16:07

 

 

 

Jeudi 11 juin 2020 à 1:32 - 

Par Nathalie BagdassarianFrance Bleu Pays Basque

Pays Basque, France

Des associations au Pays Basque ont décidé de lancer une campagne d'information sur les risques sanitaires et environnementaux du futur déploiement de la 5G . Des antennes bien visibles sont en train d'être installées mais la 5G se logera partout précisent les anti-5G.

Le pylône de 43 mètres de haut chemin Irachabal à Saint-Jean-de-Luz pour les 4 opérateurs en faisceau hertzien ou 3G qui pourrait accueillir la 5G. © Radio France

Le pylône de 43 mètres de haut chemin Irachabal à Saint-Jean-de-Luz pour les 4 opérateurs en faisceau hertzien ou 3G qui pourrait accueillir la 5G. © Radio France

" Stop à la 5G et au tout connecté", des associations anti-Linky et anti-5G au Pays Basque  lancent une campagne d’information sur le futur déploiement de la 5G et ses risques. Le gouvernement veut aller vite et annoncera ce jeudi la date d'attribution des fréquences de téléphonie mobile 5G. Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances confirme que "la 5G est une priorité industrielle et qu'il faut la déployer le plus rapidement possible en étant efficace". Alors que les opérateurs SFR et Bouygues Telecom réclament un délai en raison de la crise économique. 

Une accélération du gouvernement qui inquiètent les collectifs "Action citoyenne Environnementale d'Hendaye, Aski Linky d'Ahetze, Linkyrikez de Soule et Ralinky de Saint-Jean-de-Luz/Ciboure. Ils entendent informer le public en organisant dans les prochaines semaines des réunions publiques et campagne d'affichage. 

 

Un brouillard magnétique

"La 5G est bien plus qu’une simple augmentation de débit" explique Ida Trichine du collectif anti -Linky et anti-5G de Saint Jean de Luz et Ciboure, "ce sont des vitesses très amplifiées et des antennes qui ont besoin de haute puissance".

Des antennes, des satellites mais aussi des lampadaires et des abribus

Ida Trichine précise que "pour un système connecté, il ne faut pas d'obstacle pour les ondes ce qui nécessitera l'abattage d'arbres à la campagne et en ville l'installation de mini-antennes qui pourront être intégrées dans les lampadaires d'éclairage public ou sur des abribus. Il y en aura partout, nous nagerons dans un brouillard magnétique permanent sachant qu'il est prévu également 20 000 satellites relais".

L'obsolescence de l'homme

Pierre Vissler du collectif de la Soule va même plus loin en parlant "d'obsolescence de l'homme dans une société hyper connectée ou si l'on prend l'exemple de la voiture autonome donc sans chauffeur, il faudra connecté tous les objets au bord et sur la route comme les piétons qui  devront un jour eux-mêmes, être pucés pour être connectés".

C'est une vie entre parenthèses - Pantxika Egurbide 

Stop à la 5G au Pays Basque : des collectifs anti-5G alertent sur le futur déploiement du très haut-débit

Pantxika Egurbide et Marie Donosti, diagnostiquées comme électro-hypersensibles doivent se protéger en permanence © Radio France - Nathalie Bagdassarian

Pantxika Egurbide et Marie Donosti habitent toutes les deux Ciboure. Elles sont toutes deux reconnues EHS, Electro-Hyper-Sensible aux ondes. Elles souffrent de grande fatigue, de maux de tête, de douleurs aux membres si elles sont exposées au wifi, aux ondes des portables, aux ordinateurs etc.…Pantxika et Marie ne vont plus ni au restaurant, ni au cinéma, dans aucun lieu public. Pantxika qui habite une petite résidence est même obligée d'aller chaque soir dormir avec son mari dans un garage aménagé pour fuir le wifi des voisins. Pantxika et Marie voit leur santé se dégrader. Elles redoutent l'arrivée de la 5G. Marie en a "très peur".

Le témoignage de Pantxika Egurbide

Le témoignage de Marie Donosti

Partager cet article

Repost0

commentaires