Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juin 2020 5 26 /06 /juin /2020 08:22

 

 

 

19 juin 2020

LGV : interpellation du CADE avant le second tour

Le Collectif des Associations de Défense de l'Environnement (CADE) a ciblé quelques communes clefs du second tour des municipales et il a interrogé toutes les listes en lice sur le projet de LGV. Les réponses en vert sont des réponses qui partagent avec nous l'option de la modernisation des voies existantes. Les listes en violet sont celles qui « s’interrogent  encore » ; en rouge sont celles qui au contraire choisissent l'option des voies nouvelles que nous jugeons inutiles, destructrices et ruineuses ou qui ne nous ont pas répondu.

Réponses des listes:

Hendaye:

Kotte ECENARRO "Hendaye avec vous/Hendaia Zuekin"

Favorable à la modernisation des voies existantes.

 

Pascal DESTRUHAUT  Tête de liste Ensemble réveillons Hendaye ! Goazen Aitzina !

 

Faisant suite à votre courrier du 2 Juin courant, je vous retourne ci-joint notre position sur le projet LGV en faveur de la modernisation des voies existantes.

 

Urrugne:

Philippe ARAMENDI Tête de liste "Elgarrekin Urruña - Faisons revivre Urrugne" 

Favorable à la modernisation des voies existantes.

Nous nous opposons à toute création de nouvelle voie LGV et nous souhaitons une modernisation des voies existantes, je tiens à vous préciser que nombre de membres de ma liste sont impliqués depuis fort longtemps dans la lutte contre ce projet inutile que l'on veut nous imposer. Ma détermination et celle de mon groupe à m'opposer à ce projet  reste inchangée et je compte même amener le débat au sein de la CAPB si nous sommes élus. Dès le départ, nous avons pris part aux différentes manifestations organisées contre ce projet et nous continuerons à le faire si l'occasion nous est donnée car nous sommes convaincus que la rénovation des voies existantes est la seule solution pour faire face à la crise économique et sociale qui nous attend !

Vous pourrez donc compter sur notre soutien à toute manifestation que le CADE organiserait contre toute création de nouvelle voie.

Cordialement.

Philippe ARAMENDI

Sébastien ETCHEBARNE "Urrugne autrement - Alda berri"

 


C'est avec détermination et conviction que je vous confirme notre position favorable à la modernisation des voies existantes‌ plutôt qu'à la création d'une voie nouvelle qui viendrait, et encore plus sur Urrugne, créer une nouvelle cicatrice inutile au regard de la sous utilisation actuelle et récurrente de la ligne actuelle.

Modernisation d'autant plus nécessaire que le service ferroviaire classique voyageurs se dégrade depuis des années sur la ligne St-Jean-de-Luz / Bayonne notamment sur le secteur de Bidart. ; service que j'ai utilisé entre ces deux stations jusqu'en 2016, .

J'ai aussi travaillé de 1998 à 2001 dans un bureau d'études bordelais spécialisé en transport et suis donc très sensibilisé à cette question des transports, question que j'ai eu ensuite la chance d'étudier localement lors de mes années passées au Conseil de développement début des années 2000.

Bien cordialement.

Sébastien ETCHEBARNE

Francis GAVILAN "Urrugne pour tous - Urruña guzientzat"

Le Pays Basque et la commune d’Urrugne sont mal desservis par les transports ferroviaires. Nous sommes favorables à une desserte et à une traversée ferroviaires améliorées du Pays Basque.

Nous sommes résolument opposés à la construction d’une Ligne à Grande Vitesse (LGV) Bordeaux-Espagne qui n’a aucune justification technique, commerciale ni financière et qui serait un désastre environnemental pour le Pays Basque et pour Urrugne.

Nous rappelons que l’objectif officiel de la LGV est le contournement de la Côte Basque et non pas sa desserte. Par conséquent, la construction de la LGV résulterait en une destruction de l’environnement au Pays Basque et une baisse du niveau de service ferroviaire de la Côte Basque.

Nous demandons solennellement la modernisation des voies existantes qui, nous l’avons démontré, permettra de remplir les mêmes fonctionnalités qu’une LGV (temps de parcours Bordeaux-Bayonne en 1h20, nombre de trains pouvant circuler chaque jour) pour un coût divisé par six et sans aucun impact environnemental négatif.

Concrètement, afin de permettre une desserte et une traversée moderne et efficace du Pays Basque qui soit respectueuse de l’environnement, nous demandons  à ce que soit réalisées sans attendre :

  • La modernisation des voies existantes entre Bordeaux et Bayonne
  • La modernisation des voies existantes entre Bayonne et Hendaye
  • L’insonorisation des voies existantes au Pays Basque, et notamment à Urrugne.

 

Ascain:

Pierre CLAUSEL "Ur ertsi larrun ascain"

Je suis contre une nouvelle ligne lgv.

Plutôt pour aménager  et garder les voies existantes. 

Liste Ur ertsi larrun  ascain.

 

Jean Louis FOURNIER

Favorable à la modernisation des voies existantes.

 

Gorka TABERNA « Azkaine Bai »         

 Azkaine Bai est favorable à la modernisation des voies existantes.

Position d’Azkaine Bai concernant le projet de nouvelle LGV Bordeaux-Dax puis Dax-Bidassoa :

Le report modal des transports de voyageurs et de marchandise depuis l’avion et la route vers le train est un levier important permettant de participer à la limitation des émissions de gaz à effet de serre et donc du changement climatique.

Azkaine Bai soutient un programme de transition écologique et énergétique ambitieux, et est en faveur de 1) la sobriété (éviter les transports inutiles) et 2) des mesures de réductions dont ce report modal fait partie.

Concernant le transport de passagers, on peut penser que l’attrait pour le report avion -> TGV et voiture -> TGV devrait être limité, d’après les gains de temps estimés par GPSO présentés ci-après :

LGV : interpellation du CADE avant le second tour

On note également que la situation de référence pour la comparaison des temps de parcours est la situation initiale et qu’une modernisation des voies existantes pourrait être susceptible d’améliorer ces temps de parcours.

Enfin, pour être attractif, il faudrait des trains fréquents.

La justification du projet par GPSO dans les années 2010 résidait dans l’hypothèse d’une saturation des voies ferrées existantes à l’horizon 2020 du fait de l’augmentation du fret ferroviaire.

Aujourd’hui, les voies existantes sont loin d’être saturées d’après les données de trafic ferroviaire consultées par le CADE.

Le développement de l’offre de fret ferroviaire, pour offrir une véritable alternative par rapport à l’avion et au camion,  doit être soutenu par une véritable volonté politique, qui est absente aujourd’hui.

Le Conseil d’Orientation des infrastructures de février 2018 conclut :

« L’opportunité de ligne nouvelle Bordeaux-Dax doit être considérée à plus longue échéance. Certains membres du Conseil se sont interrogés sur la possibilité d’obtenir moyennant des travaux de relèvement de vitesse sur la ligne classique quasiment les mêmes bénéfices qu’une ligne nouvelle à un coût bien moindre. Dans tous les cas, le Conseil considère que l’infrastructure nouvelle ici ne serait justifiable que par la saturation de la ligne existante, notamment pour répondre aux besoins du fret, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui et ne semble pas envisageable avant un horizon lointain. Il recommande de ne pas inscrire de financement pour cette opération mais de sécuriser le tracé prévu et de réexaminer la situation lors de la prochaine révision de la programmation. »

Nous sommes en phase avec cette position, d’autant plus que la commission d’enquête publique pour le projet de LGV Bordeaux-Dax a rendu un avis défavorable sur la déclaration d’utilité publique du projet en 2015. Et nous notons que le projet de phase 2 Dax-Bidassoa n’est même plus mentionné dans cet avis. Enfin, la Cour des comptes européenne pointe en juin 2020 d'énormes dérapages pour les grands projets de transports dont le Y Basque (coût de 6.5 milliard d’euros, augmenté de 40% avec 13 ans de retard), rendant les analyses coût-bénéfices initiales justifiant les projets anormalement optimistes par rapport à la réalité.

 

Bénédicte LUBERRIAGA  «  Vivre Ascain, Azkaine Bizi »

A la suite de plusieurs erreurs de notre part, nous n’avons pas pu adresser à la bonne adresse notre questionnaire.

Nous nous excusons auprès de la candidate.

 

Biarritz:

Guillaume BARUCQ  "Biarritz Nouvelle Vague"                             

Pour gagner quelques minutes entre Bayonne et Hendaye à grand coups de milliards d’Euros, il est hors de question de saigner la Côte Basque. Partisan des mobilités douces, j’ai toujours regretté la suppression de la voie ferrée qui unissait la Gare du Midi du centre-ville à la gare de La Négresse, suppression qui nous oblige aujourd’hui à tracer une voie spéciale pour le tram-bus.

Ne reproduisons pas les erreurs du passé et modernisons les voies existantes sans oublier le fret, indispensable pour la qualité de l’air.

 Guillaume Barucq

 

Nathalie MOTSCH « Biarritz en a besoin »

Vous m’interrogez sur l’intérêt de la ligne LGV de Dax à la Bidassoa. Votre questionnement, légitime, arrive juste après cette terrible période de confinement, au moment où Air France annonce l’arrêt de certaines lignes intérieures. C’est fait pour Paris-Bordeaux, qu’en sera-t-il demain pour Paris-Biarritz ? Les écologistes réclament la diminution des transports aérien en raison noyamment de leur empreinte carbone !

Ainsi on peut s’attendre à un bouleversement des usages des transports ferrés, notamment sur le parcours de Paris jusqu’au Pays Basque.

Dans cette conjoncture où d’autres bouleversements profonds de nos comportements verront sans doute le jour, et des bouleversements inattendus peut être, il faudra prendre le temps de mesurer les impacts de ces évolutions. J’ai pris bonne lecturte de vos arguments qui interrogent sur la validation de la LGV. Vous comprendrez par ailleurs, que j’examinerai les décisions de ce domaine en regard du développement économique, tout particulièrement après le choc éminemment grave qui touche la première industrie biarrotte : l’activité touristique. De très nombreux professionnels du secteur (hôtels, restaurants, bars etc) se retrouvent dans de très graves difficultés et pour certains sont au bord de la catastrophe. Et derrière eux rappelons que cette activité fait vivre de nombreuses personnes au Pays Basque.

En tout cas je serai attentive dans les orientations que prendra l’agglomération eu égard à l’ensemble des études que vous m’avez transmises.

Cordialement

Nathalie Motsch

 

Maider AROSTEGUY "Biarritz , Pour Vous"         

Je suis favorable à la modernisation des voies existantes 

 

Jean-Benoît SAINT-CRICQ  « Biarritz Ensemble »

Ne nous a pas répondu.

 

St Pée:

Dominique IDIART "Elgarrekin senpererentzat / Ensemble Pour Saint Pée "

Favorable à la modernisation des voies existantes.

 

Pierre-Marie NOUSBAUM " Agir pour Saint Pée"

Je vous retourne bien volontiers ma position sur le projet de LGV.J'ai toujours été favorable à la modernisation des voies existantes

 

Bayonne:

Jean René ETCHEGARAY  "Bayonne, toujours un temps d'avance"

                               
Madame, Monsieur, 
En réponse à votre lettre relative au projet de LGV, je vous indique que je suis opposé à toute création de voie nouvelle et favorable à la modernisation des voies existantes.

Il s'agit d'une position constante, que j'ai toujours défendue, notamment en ma qualité de Maire de Bayonne et de Président de la Communauté d'Agglomération Pays Basque.

En effet, la création d'une voie nouvelle viendrait bouleverser les fragiles équilibres écologiques de notre territoire, déjà fortement urbanisé, notamment dans sa bande côtière, et traversé par de nombreuses infrastructures (Nationale 10, autouroute, chemin de fer...). Au-delà de l'atteinte environnementale (avec la destruction de plusieurs sites naturels sensibles), du coût pharamineux des travaux, un tel projet aurait, en outre, des conséquences inacceptables sur le prix du foncier agricole et constructible, dans un contexte de fortes tensions sur la problématique du logement.

En revanche, les travaux de réaménagement et de modernisation des voies actuelles, qui n'ont que trop tardé, restent plus que jamais une priorité, et nécessitent une mobilisation de l'Etat et de la Région. Déjà en novembre 2017, dans sa contribution aux Assises Nationales de la Mobilité, la Communauté d'Agglomération Pays Basque, appelait à "la valorisation et à la modernisation des voies existantes plutôt que des projets de LGV dispendieux, pour des gains de vitesse limités, laissant le réseau existant en état de déshérence".
Je rappellerai aussi que la Communauté d'Agglomération Pays Basque, aux côtés d'autres collectivités, avait saisi les juridictions administratives pour ne pas avoir à régler les reliquats dûs au titre de la convention de financement relative à la construction de la LGV Tours-Bordeaux. Malheureusement, nous avons été déboutés, en décembre dernier, par la Cour Administrative d'Appel de Paris. 

Je reste ainsi opposé à toute construction de voie nouvelle et continuerai, si je suis réélu Maire de Bayonne, à être très vigilant sur le sujet, tout en alertant les autorités concernées sur l'impérieuse nécessité de moderniser les voies existantes.

Bien à vous.

Jean-René ETCHEGARAY, pour la liste "Bayonne, toujours un temps d'avance".

 

Henri ETCHETO « Bayonne Ville Ouverte »

 

Ce candidat interrogé au premier tour par le journal Sud Ouest se prononçait « plutôt pour la LGV ».

Il ne nous a pas répondu.

Partager cet article

Repost0

commentaires