Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2019 4 25 /07 /juillet /2019 07:14

 

 

Le plaignant dénonce avoir été victime de harcèlement et de violence suite aux visites à répétition d’un agent de la société Sera Airria, sous-traitant d’Enedis, pour procéder à la pose d’un compteur Linky.

Kattin CHILIBOLOST|mediabask|0 commentaires

Rassemblement contre la pose des compteurs Linky à Hendaye en septembre dernier. © I. MIQUELESTORENA

Rassemblement contre la pose des compteurs Linky à Hendaye en septembre dernier. © I. MIQUELESTORENA

A l’heure où, d’après Enedis, 54 % des foyers sont déjà équipés des compteurs électriques communiquants, dits Linky, certains continuent à s’y opposer. Le 2 juillet dernier, un habitant d’Hendaye a déposé plainte contre Enedis. Il a dénoncé l’attitude “très agressive” de l’agent venu procéder à la pose du compteur Linky et le “harcèlement continu” de ses visites à répétition.

Les faits remontent à la fin du mois dernier. “Mercredi 26 juin, à 12h30, [...] un employé est arrivé pour effectuer le remplacement de mon compteur [...]. Je lui ai fait part de mon opposition [...] Le 28 juin, le même agent s’est dirigé vers mon compteur. [...] Je me suis à nouveau opposé à ce qu’il procède à son remplacement. Il est subitement devenu très agressif envers moi et a menacé de me frapper”, explique l’habitant dans la plainte déposée.

L’Hendayais précise, dans un texte adressé au maire de sa Ville et à Enedis, qu’il est en possession d’un courrier de son fournisseur d’électricité qui l’invite à procéder au relevé de consommation lui-même. Oralement, il fait aussi part de la crainte de voir un jour, son compteur changé à son insu. Il précise qu’il a préféré se protéger et cadenasser sa boite personnelle, accessible uniquement par l’extérieur.

Interrogée par MEDIABASK au sujet de cette plainte, Olivia Garon, chargée de communication chez Enedis, a déclaré que la société a pris acte “de cette situation rare et exceptionnelle”. Elle ajoute “ne pas pouvoir faire de commentaire à ce stade de l’instruction, et attendre sereinement la décision de justice”.

 

Des plaintes en nombre
La plainte de l’Hendayais n’est pas la seule à laquelle Enedis est confrontée. A l’échelle du territoire de l’Hexagone, elles se comptent par centaines. Toutefois, faute d’être entendus individuellement, nombreux sont ceux qui ont porté leur parole collectivement devant les tribunaux. C’est le cas de 243 personnes du Pays Basque et du Béarn, des Landes et des Hautes-Pyrénées qui se sont unies pour attaquer Enedis au tribunal de grande instance de Tarbes, il y a quelques mois. Plus récemment, le 24 juin au tribunal de Nanterre, et le 4 juin à Tours, des usagers ont également reproché à la société d’installer en force et de mépriser les risques sur la santé, en évoquant notamment les risques chez les personnes électrosensibles.

Maître Jean-Pierre Joseph, qui a défendu les plaignants à Tarbes explique que “les jugements de ces procès sur le fond n’ont pas encore été rendus”. Si le Justice a déjà pu se prononcer en faveur des personnes électrosensibles, comme à Foix le 30 juin dernier, il faudra attendre la fin de l’année pour connaître la réponse sur le fond qu’attendent les opposants du Linky mobilisés à Tarbes. Concernant le cas de l’Hendayais, le procureur n’a pas précisé le stade de traitement de la plainte.

 

L’opposition des mairies retoquée

Début septembre 2018, le maire d’Hendaye avait envoyé un courrier à Enedis afin d’accompagner les habitants s’opposant à l’installation des compteurs. Il avait demandé à la société de considérer la position individuelle “de chaque abonné hendayais disposant d’un compteur en état de fonctionnement, dès lors qu’il aurait exprimé clairement son refus de donner accès à la propriété”.

Comme Hendaye, d’autres villes ont voulu refuser la pose des competurs Linky. La Plateforme opérationnelle anti-Linky en compte 839 au niveau de l’Etat français. En Pays Basque Nord, Arbonne, Bassussarry, Bayonne, Lacarry, Tardets, Boucau et Lichans Sunhar ont suivi cette démarche. Cependant, en juillet 2017, le tribunal administratif de Pau a estimé que la commune de Tarnos (Landes) n’était pas en droit de refuser l’installation de ces compteurs communicants dans sa ville. Le 11 juillet dernier, dans le cas de la commune bretonne de Cast qui refusait le Linky, le Conseil d’Etat a donné raison à Enedis, estimant que les communes n’étaient pas en droit d’interdire l’installation de compteurs Linky sur leurs territoires. Si l’action des villes est limitée contre les Linky, maître Jean-Pierre Joseph soutient qu’il est dans le droit des particuliers de s’y opposer.

 

 

Source : https://mediabask.naiz.eus/fr/info_mbsk/20190720/un-habitant-d-hendaye-porte-plainte-contre-enedis

Partager cet article

Repost0

commentaires