Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 14:14

 

 

Mercredi 27 janvier à Bruxelles, Alain Rousset président de la nouvelle grande région et Iñigo Urkullu, président du gouvernement basque étaient reçus par Violeta Bulc, commissaire européenne chargée des transports. A l'ordre du jour, le financement de la LGV Sud Europe Atlantique dans sa partie transfrontalière.

 

Bénédicte Saint-André|01/02/2016 16:55 Mis à jour à: 16:58

Selon Alain Rousset, les LGV participent à la construction d'un nouveau service public, celui des transports du 21ème siècle à l'échelle de l'Europe. © DR

Selon Alain Rousset, les LGV participent à la construction d'un nouveau service public, celui des transports du 21ème siècle à l'échelle de l'Europe. © DR

Une rencontre réunissant le président du Conseil régional d’Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, le Lehendakari Iñigo Urkullu et Violeta Bulc, commissaire européenne chargée des transports au sein de la commission Junker, s'est tenue le 27 janvier à Bruxelles. A l'initiative d'Alain Rousset, elle visait à porter conjointement la connexion des réseaux ferroviaires français et espagnol à la frontière et d'en solliciter les financements européens.

 

Alain Rousset défendra bec et ongles les LGV, ce n'est un secret pour personne, ni pour la Commission européenne, ni pour ses partenaires écologistes. Et si ces derniers ont obtenu le retrait des financements régionaux, elles n'en demeurent pas moins une priorité pour leur président.

 

Comment dès lors les financer ? La rencontre du 27 janvier aura permis de réaffirmer la volonté de Bruxelles de réaliser les fameuses "interconnexions" aux frontières. Pour autant, même si la commissaire européenne a fait part via twitter de "progrès encourageants", aucune décision n'a été actée.

 

"On ne vient pas à Bruxelles pour obtenir une avancée miracle", précise Alain Rousset. Car bien que l'Europe soit très attachée à la grande vitesse, elle semble privilégier des partenariats public-privé. "On ne les maîtrise pas aussi bien que des financements publics", a-t-il rappelé. Des pistes ont été soumises en ce sens à François Hollande afin que des solutions puissent aboutir. 

 

Lors de la rencontre, ont également été abordés le prolongement de la SEA de Bordeaux à Toulouse et le barreau Limoges-Poitiers, seul projet du grand sud-ouest à avoir obtenu pour l'heure sa déclaration d’utilité publique.

 

 

Source : http://mediabask.naiz.eus/fr/info_mbsk/20160201/lgv-et-financements-europeens

 

Partager cet article

Repost 0
Published by