Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 17:00

 

 

André Fauteux | 4 décembre 2015 | 

 

Igor Belyaev PhD, sommité russe en effets biologiques des champs électromagnétiques et l’un des auteurs du rapport.

Igor Belyaev PhD, sommité russe en effets biologiques des champs électromagnétiques et l’un des auteurs du rapport.

De nouvelles lignes directrices européennes viennent d’être publiées concernant la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies et problèmes de santé liés aux champs électromagnétiques (CEM). Développées pendant deux ans, elles sont le fruit du groupe de travail sur les CEM de l’Académie européenne de médecine de l’environnement (European Academy for Environmental Medicine ou EUROPAEM). Leur auteur principal est le Dr Gerd Oberfeld, médecin au Département de santé publique de la région autrichienne de Salzbourg. Il fut secondé par 16 autres experts, dont le docteur en radiobiologie Igor Belyaev, chercheur sur le cancer aux Académies des sciences slovaque et russe.

 

Intitulé EUROPAEM EMF Guideline 2015 for the prevention, diagnosis and treatment of EMF-related health problems and illnesses, le rapport de 35 pages contient 235 références et prend le relais des directives en la matière publiées par l’Association médicale autrichienne en 2012. Ce nouveau rapport vient d’être publié dans la revue scientifique Reviews on Environmental Health et il est téléchargeable gratuitement ici. Voici un extrait de son introduction (traduction libre du texte anglais) :

 

« […] il existe des preuves solides que certaines expositions à long terme aux champs électromagnétiques (CEM) sont un facteur de risque pour des maladies telles que certains cancers, la maladie d’Alzheimer et l’infertilité masculine. D’autre part, l’électrohypersensibilité (EHS) émergente est de plus en plus reconnue par les autorités de santé, les administrateurs et intervenants de cas d’invalidité, les politiciens ainsi que les tribunaux. Nous recommandons de traiter cliniquement l’EHS dans le cadre du groupe de maladies multisystémiques chroniques conduisant à une déficience fonctionnelle, mais toujours en reconnaissant que la cause sous-jacente demeure l’environnement. Au début, les symptômes de l’EHS ne se produisent souvent qu’occasionnellement, mais avec le temps ils peuvent augmenter en fréquence et en gravité.

 

Les symptômes typiques incluent des maux de tête, les problèmes de concentration et de sommeil, la dépression, le manque d’énergie, la fatigue et des symptômes pseudo-grippaux. Un historique complet des antécédents médicaux, qui devrait inclure tous les symptômes et leurs manifestations dans le temps et dans l’espace ainsi que dans le contexte de l’exposition aux champs électromagnétiques, est la clé du diagnostic.

 

L’exposition aux CEM peut être évaluée en investiguant les sources typiques comme les routeurs et points d’accès Wi-Fi, les téléphones sans fil et mobiles ainsi que les mesures d’intensité des CEM à la maison et au travail. Il est très important de tenir compte des prédispositions individuelles.

 

La principale méthode de traitement devrait d’abord être axée sur la prévention ou la réduction (ou même élimination) des expositions aux CEM et des sources de ceux-ci, à la maison et au travail. Cette réduction devrait également être étendue aux espaces publics comme les écoles, les hôpitaux, les transports publics et les bibliothèques afin de permettre aux personnes EHS une utilisation sans entraves (mesures d’accessibilité). Lorsque une exposition aux CEM préjudiciable est réduite suffisamment, le corps a une chance de récupérer et les symptômes seront réduits ou même disparaîtront. De nombreux exemples ont montré que de telles mesures peuvent se révéler efficaces.

 

De plus, le taux de survie des enfants atteints de leucémie dépend de leur exposition aux CEM d’extrêmement basses fréquences (60 hertz) à la maison. Pour augmenter l’efficacité du traitement, il faut aussi réduire le large éventail d’autres facteurs environnementaux qui contribuent à l’ensemble de la charge corporelle. Tout ce qui soutient une homéostasie équilibrée permettra d’accroître la résilience d’une personne contre la maladie et par le fait même contre les effets nuisibles des CEM.

 

Il y a de plus en plus de preuves que l’exposition aux CEM a un impact majeur sur la capacité de régulation du stress oxydatif et nitrosatif chez les individus touchés. Ce concept peut aussi expliquer pourquoi le niveau de la sensibilité aux CEM peut changer et pourquoi le nombre de symptômes signalés dans le cadre de l’exposition aux CEM est si grand. Sur la base des connaissances actuelles, une approche de traitement qui minimise les effets néfastes de la péroxynitrite — comme on le fait de plus en plus dans le traitement de troubles multisystémiques — est la plus efficace. »

 

Pour en savoir davantage

Champs électromagnétiques : douze façons de se protéger

 

 

Source : https://maisonsaine.ca/sante-et-securite/electrosmog/electrosmog-nouvelles-directives-medicales-europeennes.html

 

Partager cet article

Repost 0
Published by