Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 14:09
Alain Vidalies, secrétaire d'Etat aux Transports, et Alain Rousset, président de la région Aquitaine, se sont entretenus mardi au sujet de la LGV (Ligne grande vitesse). © Archives Guillaume Bonnaud

Alain Vidalies, secrétaire d'Etat aux Transports, et Alain Rousset, président de la région Aquitaine, se sont entretenus mardi au sujet de la LGV (Ligne grande vitesse). © Archives Guillaume Bonnaud

 

Publié le 15/04/2015 à 09h10, modifié le 15/04/2015 à 11h05 par  SudOuest.fr avec AFP

 

Les présidents des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, ainsi qu'Alain Juppé, ont rencontré mardi Alain Vidalies, secrétaire d'Etat (landais) aux Transports

 

Le gouvernement fera connaître "d'ici à la fin de l'été" sa décision sur le Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO) concernant les lignes nouvelles Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, a indiqué mardi soir le président de la région Aquitaine Alain Rousset, après avoir été reçu par le secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies.

 

La réunion au ministère à laquelle participaient également Martin Malvy, président du Conseil régional de Midi-Pyrénées, Alain Juppé, président de Bordeaux Métropole, et Jean-Michel Lattes, premier adjoint au maire de Toulouse, a été "positive et constructive", et "une décision du gouvernement est attendue d'ici la fin de l'été", précise dans un communiqué Alain Rousset.

 

La commission d'enquête publique sur les projets de lignes à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, vers l'Espagne, avait rendu le 30 mars un avis défavorable sur la déclaration d'utilité publique de ces projets ferroviaires, dont le coût est estimé à 8,3 milliards d'euros.

 

"Un scénario de l'inacceptable"

Alain Rousset, Martin Malvy, Alain Juppé et Jean-Michel Lattes, ont défendu ces projets, mardi, devant Alain Vidalies.


Les quatre élus du grand Sud Ouest ont ainsi rappelé au ministre landais que ne pas réaliser le GPSO "serait un scénario de l'inacceptable et du déclin", pour la région, selon le communiqué d'Alain Rousset. Ils ont également mis en garde contre "les conséquences dramatiques" de l'annulation du GPSO : "la saturation des voies existantes, les risques d'insécurité, le blocage à terme du corridor atlantique et les nuisances pour les populations riveraines".


A l'heure où le gouvernement désigne les capitales régionales, un coup d'arrêt au projet "serait priver de compétitivité et d'attractivité l'ensemble des territoires au sud de Bordeaux puisque l'accessibilité reste le facteur-clé de localisation des activités économiques. Ce serait aussi tourner le dos à la péninsule ibérique et aux partenaires européens", souligne le président du conseil régional d'Aquitaine.

 

Les quatre élus ont donc demandé au gouvernement de donner un avis positif à la déclaration d'utilité publique.

 

 

Source : http://www.sudouest.fr/2015/04/15/lgv-vers-dax-et-toulouse-le-gouvernement-tranchera-d-ici-a-la-fin-de-l-ete-1892648-625.php

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires